Skip to content

Le blog de Marine Tondelier

Elue municipale d'opposition à Hénin-Beaumont

En ce lundi pluvieux, la première règle militante était de sortir couverts… Mais de sortir quand même parce que dans cette élection, c’est bien connu, tout se joue au mental (NDLR: l’équipe de Madame Le Pen avait indiqué aux journalistes que rien n’était prévu ce matin, du fait du temps –> petits joueurs). Nous, de toute manière, après la grêle de la fois dernière lors de la venue de Noël Mamère, on n’a plus peur de rien niveau météo ;)

Et les gens nous l’ont d’ailleurs bien rendu! Enfin les motivés, qui eux aussi avaient le courage d’affronter la pluie… Et nous ont écoutées (équipes très féminines chez EELV ce matin) avec la même attention. Seule différence: ils étaient moins nombreux que d’habitude!

Quand l’eau a commencé à s’infiltrer dans nos pompes et que vraiment on a fini par avoir très froid, les camarades du Front de Gauche nous ont même offert l’asile politique sous leur tente, à l’invitation de Mister Mélenchon himself, qui en a profité pour me féliciter à nouveau de ma prestation au débat télévisé de samedi  matin (j’y viens, j’y viens).

Bref, la solidarité était la règle sur le marché ce matin (normal, on est dans le bassin minier). Y compris du côté des commerçants, qui nous ont ravitaillées en gâteaux polonais :) Aaaaaaah, les campagnes dans le Nord Pas de Calais !

Mais puisque c’est ce que je vous ai promis dans le titre de l’article, revenons donc sur le débat de samedi matin, entre Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Philippe Kemel, Jean Urbaniak et moi-même.

La journée avait commencé quelque part entre twitter, un grand bol de thé et mes fiches (en mode préparation de l’oral bac français).

Le tout dans une ambiance assez détendue, car comme je l’avais expliqué aux journalistes la veille et comme je le leur ai répété en arrivant au siège de France 3 Nord-Pas-de-Calais le matin même, je n’étais pas plus stressée que ça, mais plutôt confiante dans mes idées, dans mon programme et dans ma manière très sereine d’aborder cette élection…

Nous avions rendez-vous à Lille à 10h30, et déjà, les caméras faisaient le pied de grue devant le siège de France3 Nord-Pas-de-Calais. L’occasion de recueillir quelques « impressions » pré-débat.

Une fois arrivée, direction le maquillage, moment toujours angoissant pour les écolos (« ya pas de paraben hein? », « léger léger, j’ai pas l’habitude »…)

Puis attente dans le hall, où l’on croise les autres candidats et leurs équipes, plus ou moins décontractées d’ailleurs. LE moment d’écouter les précieux conseils de dernière minute de Dominique Plancke.

Une fois tous les participants arrivés et maquillés, nous avons rejoint le plateau…

… pendant que les comités de soutiens prenaient place devant les écrans!

Le « live-twitt » pouvait commencer en direct sur internet, et il semblerait que le match ai tourné en notre faveur ;) Merci d’ailleurs à tous ceux qui m’ont envoyé des messages d’encouragement / de félicitation avant, pendant et après le débat. Ca m’a touchée et motivée, mais la campagne ayant un rythme particulièrement effréné dans cette dernière ligne droite, je n’ai pas eu le temps de répondre à tout le monde :/ J’ai par contre bien retenu que selon un sondage non pas sorti des urnes mais sorti de la twitt-line du contempteur, j’aurais recueilli 82% des suffrages!

En tout cas, une heure plus tard, lorsque je suis sortie du plateau sans trop savoir ce qu’avait donné ma prestation, j’ai eu la bonne surprise d’être félicitée par tout le monde. Apparemment personne ne s’attendait à ce que je sois aussi efficace (ça fait plaisir :/) et tout le monde a apprécié l’esprit de mes interventions (ça fait plaisir :) ). Même Jean-Luc Mélenchon a tenu à me faire part de ses impressions…

Mais aussi Véronique Marchand, animatrice du débat, qui m’a assurée que même si le fait de m’inviter avait fait débat, elle ne regrettait pas de l’avoir fait car j’avais dynamisé et rafraîchi le tout.

J’en conclus donc que j’ai réussi cet examen de passage … Je viens même de recevoir un coup de téléphone du Canada de quelqu’un qui venait de visionner le tout et tenait à me faire part de ses encouragements « même s’il ne vote ni à hénin ni pour les écolos ».

Et sur Médiapart, il y a des rumeurs comme quoi je serais « la seule candidate à faire « vibrer » Hénin-Beaumont. Et c’est pas moi qui le dit, c’est un socialiste ;)

Mais le mieux, c’est que vous vous fassiez votre idée par vous même, en regardant ci-dessous la vidéo du débat en streaming!

Pour les pressés, vous trouverez également ci-dessous le passage qui a été mis en avant par les médias. Et celui pour lequel beaucoup d’habitants m’ont remerciée d’avoir exprimé le fond de leur pensée car oui, ce climat de guerre civile, on en a marre!

Sinon, le deuxième élément que les gens évoquent le plus souvent lorsqu’ils viennent me parler du débat, c’est la désormais célèbre phrase de Urbaniak, « le carré de l’hypoténuse parlementaire est égal à la somme de l’imbécillité construite sur ces deux bords extrêmes ». Il paraît qu’il y en a qui cherchent encore le mystérieux sens de cette tirade… Mais au moins ça nous fait un jeu pour animer les pluvieuses journées de Toussaint auxquelles on a droit en ce moment…

 Allez, je vous laisse, j’ai rendez-vous sur le parking d’Ikea (non non, pas de Babou) pour discuter transformation du paysage beaumontois… Et il y a beaucoup de choses à dire!

About these ads

Mots-clés : , , , , , , , , ,

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 504 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :