Skip to content

Le blog de Marine Tondelier

Elue municipale d'opposition à Hénin-Beaumont

Je n’ai pas été très bavarde cette semaine sur ce blog, je l’admets. Ni voyez aucun signe politique, simplement un manque de temps, entre la reprise du boulot lundi matin et un bon nombre de dossiers à rattraper à mon retour de mes congès/campagne , et un certain nombre d’allers-retours avec le bassin minier pour analyser la séquence avec les copains du groupe local et pour préparer activement le second tour.

Dimanche, comme cela était attendu, Marine Le Pen a fait un score qui ne peut laisser indifférent, et le « duel » pour la seconde place Kemel/Mélenchon, accompagné de ses incitations à « voter utile » contre celui des deux que l’on aimait le moins voir au second tour, a laissé peu de place aux autres candidats. Même le centriste (investi par l’UMP) Jean Urbaniak, qui a tout de même été député de la circonscription il y a quelques années, est conseiller général et maire de la ville la plus riche du coin, finit à 7%, alors qu’il aurait pu espérer 10 points de plus en d’autres circonstances.

Dans ce contexte et concurrencée par 4 autres candidats « écologistes », je fini à 1,61%, et 2,92% sur Hénin-Beaumont (avec tout de même deux bureaux à plus de 5%, celui du Karaoké et celui de Beaumont, les deux où nous avions fait le plus campagne).

Alors effectivement, il n’y a pas non plus de quoi pleurer de joie mais pour un baptême du feu, vu les circonstances et la concurrence et enfin compte tenu du mode de scrutin favorable ni aux écologistes, ni aux jeunes filles de 25 ans non cumulardes, on ne peut pas non plus parler d’échec! Et tout le monde (y compris mes concurrents / opposants) a salué la campagne que nous avons menée, donc vraiment, pas de regrets!

N’empêche que ça n’était pas une raison pour nous reposer sur nos lauriers cette semaine!

Prenant nos responsabilités, nous avons pris part à la campagne de 2ème tour cette semaine aux côtés de Philippe Kemel, le seul, une fois les autres candidats éliminés, qui était en mesure de sauver le destin de cette circonscription.

Tout d’abord, les Jeunes Ecologistes du bassin minier, crées pendant la campagne, ont distribué 2500 tracts destinés à combattre les idées reçues sur l’immigration (merci les copains vous avez assuré!).

Photo: équipe de campagne Philippe Kemel

Par ailleurs, j’ai bien sûr rédigé un petit mot d’encouragement pour la profession de foi de Philippe Kemel: « Dimanche, je voterai et vous invite a voter « Philippe Kemel ». Pour une circonscription réconciliée. Pour un deputé qui nous représentera tous sans discrimination. Pour mettre en échec l’imposture du front national. » Merci au petit plaisantin qui a choisi une photo où on dirait que je rentre du ski pour l’illustrer ;) (pour la petite histoire, cette photo date d’un entre-deux tours, celui de la présidentielle, lorsque je m’étais jointe aux Jeunes Socialistes pour tracter pour François Hollande, eux avec leurs tracts socialistes et moi avec mes tracts écolos de second tour…)

J’ai ensuite tenu mercredi matin une conférence de presse aux côtés de Philippe Kemel et de son suppléant Christian Musial pour les assurer de mon soutien inébranlable. Après quoi nous avons improvisé une petite séance de porte à porte cité Kennedy.

Photo: équipe de campagne Philippe Kemel

Source: La Voix du Nord, Edition Lens-Hénin-Carvin

Enfin, j’ai participé hier à la conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon, à laquelle il nous avait invités avec Philippe Kemel.

Photo: Christophe Blanquart

Cela m’a notamment donné l’occasion de revenir sur les réserves que j’avais pu émettre à son arrivée sur la circonscription, en expliquant qu’il avait sû les lever par sa campagne:

1. Sur le cumul: en promettant de n’être QUE député s’il était élu et en invitant ses concurrents à faire de même

2. Sur son implantation locale: en allant à la rencontre des acteurs du territoire et en montrant lors du débat télévisé qu’il avait saisi les enjeux locaux

3. Sur l’ambiance de campagne: en mettant tout en oeuvre pour que la campagne se passe au mieux.

Photo: Christophe Blanquart

Cela n’a malheureusement pas suffi évité les débordements. Mais il faut savoir évaluer la responsabilité de chacun dans le climat de psychodrame qui a pu être à certains moments celui de la campagne sur la circonscription 62-11. C’est bien Marine Le Pen qui a instrumentalisé, comme elle instrumentalise toutes les difficultés de notre territoire, la venue de Jean-Luc Mélenchon, notamment avec son faux tract.

A ceux qui répondent qu’il l’a cherché en venant s’affronter à elle, je réponds que Jean-Luc Mélenchon n’a pas à s’excuser d’être venu. Ni à être rendu responsable de ces transgressions du code électoral, transmis par l’équipe de campagne frontiste en son âme et conscience.

J’en profite pour saluer la campagne des militants du Front de Gauche, pour qui la soirée de dimanche soir a été un coup dur. J’étais avec eux Place Wagon à Hénin-Beaumont à la sortie des résultats à la Salle des fêtes, et je me suis associée à leur tristesse car il était tout simplement humainement difficile de faire autrement en ressentant l’émotion de beaucoup d’entre eux. Tout comme la déception des militants socialistes m’aurait émue dans le cas inverse d’ailleurs…

Photo: Christophe Blanquart

Bref, cette conférence de presse était utile. Elle a permis de remettre les pendules à l’heure et de montrer l’union des candidats de gauche à la veille d’un second tour crucial pour le territoire. Pour cette circonscription au bord de la crise de nerf, qui dimanche ne doit pas exploser.

Habitante d’Hénin-Beaumont, habitante du bassin minier, je ne supporterais pas que notre territoire devienne le laboratoire du front national.

Voilà. Reste à retenir son souffle jusque dimanche soir. Et à souhaiter bon courage à tous les copains EELV présents ailleurs au second tour auxquels on pense tous beaucoup. Et notamment à Slimane Tir pour le beau combat qu’il mène à Roubaix. Mais je pense aussi à mes ami-e-s Barbara Pompili à Amiens, Christophe Rossignol à Amboise, Denis Baupin à Paris, Eva Sas à Savigny, etc. Et à ceux qui auraient dû y être: Philippe Meirieu, Magali Delval, etc.

Aller, j’arrête, mes collègues m’attendent pour le match de foot et il paraît que j’ai déjà raté deux buts (« bon c’est pas compliqué, tu dis qu’il faut voter Philippe Kemel, tout le monde l’a compris de toute manière » me glisse-t’on à l’oreillette). Je ne suis pas si sure que ce soir aussi simple. Mais je compte sur une grande mobilisation républicaine dimanche pour qu’ils croient qu’ils avaient raison ;)


About these ads

Mots-clés : , , , , ,

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 282 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :