Skip to content

Le blog de Marine Tondelier

Elue municipale écologiste à Hénin-Beaumont / Candidate aux élections départementales sur le canton d'Hénin 1

Vous êtes nombreux-ses à me demander: « ça doit être sympa, un Conseil Municipal à Hénin-Beaumont ». A être curieux de ce que donnent les débats avec le FN « soft », « dédiabolisé », que Steeve Briois prétend incarner. A me dire « vraiment, un jour, il faudrait que vous enregistriez, qu’on puisse écouter, parce qu’on n’a pas dutout envie d’y aller mais qu’on aimerait beaucoup pouvoir les voir à l’œuvre ».

Alors voilà! Mercredi soir, le Conseil municipal d’Hénin-Beaumont se réunissait pour voter le budget de la commune. Et un membre du groupe d’opposition a eu la bonne idée d’enregistrer la moitié des plus de 6 heures qu’a duré la séance (de 18 heures à minuit passé).

Ce Conseil a donné lieu à des dérapages répétés du Maire Steeve Briois à l’encontre de l’opposition, comme en témoigne le blogueur Alain Alpern dans le verbatim qu’il a publié, ou encore le compte rendu qu’en a fait la Voix du Nord .

Après un débat de deux heures, le vote a eu lieu dans une atmosphère inqualifiable, le maire me refusant une explication de vote et préférant nous prendre violemment a parti sur le vote de chaque chapitre sans nous laisser expliquer notre démarche, excitant les fidèles sympathisants FN présents en masse dans le public nous conspuant voir nous invectivant.

J’ai d’ailleurs déposé une plainte contre l’un d’entre eux, que j’ai clairement identifié en train de crier que j’étais « conne » pendant l’une de mes interventions. Une militante socialiste, présente dans le public, s’est faite menacée, alors qu’elle lui demandait de cesser, par cette même personne qui lui a promis de « se lever et de lui casser la gueule » si elle ne le laissait pas faire. Cette militante, excédée, a finit par devoir se lever dans le public pour demander au Maire de faire taire ce Monsieur. En expliquant la menace dont elle venait de faire l’objet. Le maire, pourtant responsable de la police de l’assemblée et notamment du fait que le public a l’interdiction d’interférer avec les débats du Conseil, n’a pas bougé le petit doigt. C’est avec la police municipale que nous avons dû toutes les deux nous expliquer dans le couloir.

Encore plus grave, le maire, pris dans l’élan de sa propre fougue et à la limite du burn out, s’est mis à nous invectiver lui-même quand, pour protester, l’opposition a décidé de cesser de lever le bras pour voter: « Allez, on vote, que les manchots lèvent la main. Qui est pour, qui n’a plus de bras ? ». « Que les handicapés votent! » (2’29 dans la vidéo ci-dessous, puis à nouveau à 3’00 et à 3’58).

L’extrait ci-dessus vous permets de vous rendre compte par vous même de l’extrême violence avec laquelle a été mené le vote du budget. On n’en était plus à « qui vote pour », « qui vote contre », mais à « Allez-y, votez contre », « Madame Tondelier, votez contre ». Le Maire ne mettait pas les chapitres au vote comme il est de coutume mais nous a plutôt crié dessus et menacé pendant 10 minutes, dans un brouhaha généralisé, les applaudissements et les huées du public, ce qui est strictement interdit. L’adjoint aux finances lui même l’interrompt à un moment pour lui demander « attendez, là je ne comprends plus rien ».

Je suis d’ailleurs curieuse de savoir comment la personne chargée du compte-rendu s’y retrouvera pour comptabiliser les voix.

A la minute 4’27 de la vidéo, vous pouvez nous entendre, là aussi sous les huées, finir par quitter la salle le temps du vote, histoire de laisser se calmer l’élu local de l’année (qui décidément ne l’est pas en terme d’animation de débat).

Les propos scandaleux tenus sur les personnes en situation de handicap, qui ont été remis à plusieurs reprises sur la table au cours de la soirée par les élus d’opposition, n’ont a aucun moment fait l’objet d’excuses de sa part.

*

*       *

Pourtant, l’opposition a patiemment écouté l’heure de présentation du budget par la majorité municipale. Si les esprits se sont échauffés pendant la présentation de mon collègue socialiste Stéphane Filipovitch (Bruno Bilde et Steeve Briois supportent mal la contradiction), j’ai tenté, dans mon intervention, de faire revenir le calme.

IMG_5188

Dans l’extrait ci-dessous, vous pouvez voir qu’au fur et à mesure de mon rappel au règlement puis de mon intervention à proprement parler, les esprits s’apaisent peu à peu. Le tout est d’être patient et de ne pas se laisser démonter par les tentatives de destabilisations permanentes du maire à mon égard, qui, comme souvent au début de mes intervention, tente de me couper toutes les 20 secondes.  Mon intervention se poursuit ensuite sur le fond, sur le budget en général, sur la stratégie de communication du maire en particulier, puis sur deux dossiers techniques du plan d’investissement programmé: la vidéosurveillance et l’utilisation de LEDs pour l’éclairage urbain.

Vous le constaterez, je reste calme 20 minutes durant. N’invective personne. Et débat sur le FOND. Le maire se prend même, en cours d’intervention, à dire que « c’est intéressant ».

Cela ne l’empêchera pas, quelques minutes plus tard, péter un plomb et de mettre au voix le budget en hurlant.

Juste avant cette mise aux voix, j’avais donc redemandé calmement la parole, ce qui m’a été refusé. Enfin plus exactement le maire a autorisé « 1 minutes » à trois de mes collègues d’opposition et à moi-même. Mais a décidé, décontenancé après l’intervention de mes 3 collègues, de me la retirer malgré mes protestations pour la donner à son adjoint Bruno Bilde, déclarant «  c’est moi qui préside et je décide à qui je veux donner la parole ».

Soit.

J’ai dû attendre 45 minutes (et tout le cirque du vote des différents chapitres du budget) pour revenir sur les conditions scandaleuses de déroulement de ce débat.

 

Comme à chaque fois que sur le fond il n’a rien à répondre, le Maire s’est réfugié derrière la mise en cause ma santé mentale: écouter à ce propos l’extrait à partir de la minute 2’35:   » Vous polluez, ma pauvre »,  » La bêtise reprend le dessus », « Votre cas est grave », « Votre cas est grave, j’assume », « Vous délirez » (pendant que Bruno Bilde mime un geste sans équivoque en frappant son index sur sa tempe). « Vous êtes hystérique contre la video-surveillance ». « Vous devenez insupportable », conclura-t’il, alors qu’à aucun moment je ne me suis énervée sur ce sujets et que j’en ai toujours débattu très sereinement.

Déjà en début de mandat, Steeve Briois m’avait conseillé « d’aller consulter à Charlon » (hôpital local notamment réputé pour son service de psychiatrie), lors d’un précédent Conseil Municipal.

*

*       *

Depuis le début du mandat, la majorité Front national répète à l’envie en Conseil et dans le journal municipal que l’opposition est « stérile et revancharde ». Sauf que cela fait 5 fois que nous déposons des motions de fond, qui aident la population sur des dossiers concrets, et que ces motions sont la plupart du temps adoptées à l’unanimité, non sans passer par un débat et des tergiversations (ce qui est naturel). Mais que cela permet au moins des débats sereins de fond.

Cela s’est à nouveau produit mercredi soir, à propos de l’IME d’Hénin-Beaumont dont deux postes sont menacés.

Vous retrouverez dans l’extrait ci-dessous l’intervention de ma collègue Sandrine Rogé pour présenter le texte, les tentatives du maire pour reporter le vote de la motion, mon intervention pour la mettre aux voix tout de même ce soir là et son adoption finale.

 

Vous noterez enfin que quand je fais remarquer à la majorité que les moments où nous exposons nos motions sont souvent les moments les plus calmes du Conseil Municipal, Steeve Briois répond que c’est normal, parce que « je pars en furie en début de conseil municipal pour être tout doux à la fin ». Je vous invite à réécouter mon intervention de 20 minutes sur le budget pour réaliser à quel point le maire passe son temps à déformer la réalité pour manipuler ses fidèles dans le public. Ma première intervention, sur le compte-rendu, s’était faite sur le même ton.

*

*       *

 

En conclusion, vous voyez donc, bande son à l’appui, que le FN a du mal, à Hénin-Beaumont, à prendre ses marques en Conseil Municipal comme un groupe « majoritaire », et continue à utiliser les techniques de bordélisations et de destabilisations qu’ils employaient lorsqu’ils étaient dans l’opposition.

Tout comme Steeve Briois a du mal, malgré ce qu’il répète la main sur le coeur aux journalistes, à se comporter en maire idéal, garant de la sérénité des débats.

A l’agglomération par contre, c’est l’inverse!

Hénin-Beaumont fait en effet partie de la Communauté d’agglomération Hénin-Carvin, et y est représentée par 11 Conseillers municipaux de la majorité, et, pour l’opposition par le Maire sortant Eugène Binaisse et moi-même.

Cette agglomération est en majorité socialiste, et le Front national y siège dans l’opposition mais ne l’a toujours pas bien intégré, et réclame, depuis le début du mandat, une Vice Présidence pour Steeve Briois.

Chaque Conseil municipal, « à domicile », est l’occasion de conspuer l’agglo, son président et sa majorité, qui se rendraient coupable selon le maire et ses adjoints d’un « apartheid » (le mot est très choquant d’ailleurs) envers Hénin-Beaumont.

Pourquoi? Parce que c’est moi, Conseillère municipale d’opposition, qui représente l’agglo à l’hôpital d’Hénin-Beaumont (dont je suis depuis Présidente du Conseil de surveillance, ce qui a conduit Steeve Briois, de manière très narcissique, à le boycotter depuis ).

Parce que c’est Eugène Binaisse et moi qui, au nom de l’agglomération, siégeons au Conseil d’administration des Collèges de la ville.

Mais quoi de plus normal, au fond, puisque nous y représentons la politique menée par la majorité de l’agglomération qu’ils conspuent à longueur de Conseil Municipal?

Bref, si le Front national d’Hénin-Beaumont a du mal à adopter une posture majoritaire, il éprouve également beaucoup de difficultés à accepter les situations dans lesquelles il se retrouve dans l’opposition. Malgré nos explications très pédagogiques et respectées.

 

Ils ont d’ailleurs passé la séance de Conseil municipal de mercredi soir à nous promettre que l’on allait « voir ce qu’on allait voir » le lendemain en Conseil communautaire pour le vote du budget…

Sauf que finalement nous n’avons rien vu: Briois et Bilde sont arrivés très tard pour cause de crise nationale entre la gentille Marine et le méchant papa Jean-Marie. C’est Richard Sulzer, esseulé et courtois, qui a assuré sans trop y croire la défense de quelques amendements d’appel, sans abuser d’effets de manche.

Ce Conseil communautaire fut d’ailleurs particulièrement calme…

 Doit-on en tirer des conséquence sur l’identité des deux personnes qui pourrissent les débats?

Lettre ouverte de Thierry Deneuville et de Marine Tondelier,

Candidat-e-s pour Europe Ecologie les Verts et

le Parti de gauche sur le canton Hénin-Beaumont 1

10930530_10153014597681280_6452612066139321761_n

 

Chères Héninoises, chers Héninois,

Sur la partie « Hénin 1 » de notre ville, dimanche dernier, vous êtes près de 13 % à vous être déplacés et à avoir voté pour la liste écologiste et solidaire que nous avions l’honneur de conduire.

C’est cinq fois plus qu’aux dernières législatives.

Cette preuve de confiance récompense notre travail de terrain. Elle nous va droit au coeur et fait de nos formations la troisième force politique aujourd’hui sur notre ville. Nous vous en remercions chaleureusement.

Il est cependant difficile de se réjouir de ce score étant donné le contexte extrêmement préoccupant de cet entre-deux tours.

Plus de 55% d’entre vous n’ont pas fait le déplacement dimanche dernier. Certains par désintérêt. D’autres par dépit ou parfois même par colère. Nous l’entendons !

Mais nous voulons vous dire que vous êtes la clef de ce second tour. Chacune et chacun d’entre vous avez un rôle à jouer pour préserver l’action du département du Pas-de-Calais en faveur de la solidarité et du mieux vivre.

Un département à gauche, c’est l’assurance d’une politique sociale ambitieuse, et un engagement quotidien au profit de toutes et tous à tous les âges de la vie.

Nous, Europe Ecologie Les Verts, resterons vigilants et serons à vos côtés pour garantir vos droits dans la durée.

A ceux qui nous ont fait confiance au premier tour, nous savons que nous ne sommes pas propriétaires de vos voix. Les « consignes de vote » ne sont pas dans notre culture. Elles donnent l’impression que les électeurs ne seraient pas assez grands pour faire leurs choix eux-mêmes.

Il nous semble de toute manière évident que les électrices et les électeurs qui se sont reconnu-e-s au premier tour dans nos valeurs se mobiliseront afin qu’aucune voix ne manque dimanche prochain pour faire barrage au Front National.

Quant à nous, notre combat ne s’arrête pas là.

Nous invitons toutes celles et ceux qui voudraient le poursuivre avec nous à nous contacter.

Nous avons besoin de vous ! Ensemble, nous pouvons construire un bel avenir.

Mots-clés : , ,

Dimanche, vous voterez (si vous faites partie de ceux qui se déplaceront ;)) pour élire vos conseillers départementaux!

Depuis le mois de janvier avec notre journal des verts d’Hénin-Beaumont puis notre tract de campagne, nous sommes venus à votre rencontre avec l’équipe des candidats écologistes et solidaire d’Hénin 1 …

1374851_10153012536766280_5816546267442966737_n

Depuis plus d’un mois, notre campagne s’est intensifiée, et nous n’avons pas raté un marché à Hénin.

Nous avons eu le plaisir d’y avoir des échanges parfois animés mais toujours agréables avec vous. De vous informer sur cette élection (« les cantonales c’est là qu’on élit les députés non? »), de vous aiguiller entre Hénin 1 et Hénin 2 (« je sais où j’habite mais j’ai pas compris sur quel canton je vote! »), de répondre à vos questions sur l’échiquier politique (« l’extrême droite ça veut dire la gauche? »), de discuter avec vous de la réforme des départements (« en fait à part qu’il y a des femmes y’a rien qui va changer non? »).

11050199_1566248853613187_849530480491102706_n

Vos remarques ont été plus ou moins encourageantes (entre ceux qui trouvaient que Thierry ressemble à Dany Boon ou qui m’ont dit que j’étais plus belle en photo qu’en vrai… et ce qui nous ont affirmé ne pas comprendre pourquoi on faisait campagne, « pour vous c’est déjà gagné »), mais nous avons toujours passé de bons moments en votre compagnie!

1926732_1566249723613100_8761494017557568894_n

IMG_4985

Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale des verts, est venue vous rendre visite en février…

IMG_4798

Puis Karima Delli, notre député européenne écolo…

IMG_4870

Et enfin Noël Mamère, dont je le sais vous avez beaucoup apprécié la présence.

IMG_4966

IMG_4979

FullSizeRender

Bref, vous l’avez compris: Europe Ecologie les Verts n’abandonne pas les habitants du territoire!

Pour ceux qui ne fréquentent pas le marché, nous avons également pu couvrir la quasi totalité du canton en boitage, et n’avons pas lésiné sur le porte à porte! (nous rentrons à l’instant de notre dernière séance…)


IMG_5047


IMG_4873
Parfois même, la campagne a pris un tournant sportif comme samedi dernier où nous avons participé à la course organisée par Montigny (l’occasion de vérifier le bon état de nos affiches sur les panneaux du parcours…)

11073382_10153111337141280_3760891664041282803_n

Mardi soir, nous avons accueilli plus de 150 personnes au Colysée à Hénin pour une réunion publique des plus sympathiques, où VOUS avez eu la parole pour décrypter les scènes de campagne jouées par nos candidats et débattre des réponses à y apporter.

_DSC2176_1
_DSC2150_1

_DSC2168_1

J’ai également eu l’occasion de débattre sur le fond avec … 5 hommes (bah oui, on vous en avez promis, pour ces départementales, de la parité ;)) samedi dernier sur France 3, dans l’édition spéciale « départementales Pas-de-Calais » de La Voix est libre, que vous pourrez (re)visionner en cliquant sur l’image ci-dessous.


lvel-14032015

Finalement, cette campagne aura été usante, comme toute campagne, mais nous l’avons faite avec grand plaisir :) Il faut dire que la dynamique commune dans notre équipe verte et front de gauche a été très agréable à porter et que le travail au quotidien a été très sympa :)

Les retour que vous nous avez faits sur ce que vous pensez de notre action dans l’opposition mais aussi à l’hôpital et à l’agglo depuis bientôt un an ont renforcé ma détermination.

Je sais que comme nous, vous considérez que le vote utile, c’est le vote qui prépare l’avenir. Et quel meilleur avenir qu’une alternative écologiste et solidaire pour notre territoire qui en a tant besoin?

IMG_5051

Vous êtes de plus en plus nombreux à douter de la politique.

Nous entendons votre colère, nous la comprenons. Surtout sur notre territoire où difficultés du quotidien et chômage nous touchent encore plus durement qu’ailleurs. C’est la raison pour laquelle les Verts et le Parti de Gauche ont décidé dès décembre, dans tout le bassin minier, de travailler ensemble pour un Pas-de-Calais plus écologiste et plus solidaire.

Les règles de cette élection favorisent les gros partis : nous n’y avons jamais été représentés ! En nous accordant vos suffrages, vous ferez souffler un vent nouveau sur le Pas-de-Calais, avec des élus porteurs d’un projet ambitieux et au service de chacun.

Nous nous engageons, pour améliorer votre quotidien, à :

– Vous demander votre avis sur tous les projets qui vous concernent ;
– Faciliter vos démarches par un guichet unique des services départementaux ;
– Aider les jeunes en rénovant le collège Gagarine de Montigny-en-Gohelle et en leur proposant davantage de solutions de logement, de mobilité et d’emploi ;
– Favoriser l’utilisation du vélo et le co-voiturage ;
– Soutenir l’agriculture biologique et offrir à chacun une alimentation saine ;
– Faciliter l’accès au sport, aux loisirs et à la culture à tous les âges de la vie ;
– Financer de manière juste et cohérente les associations qui se battent au quotidien ;

Bref, dimanche, pour changer d’air, votez pour notre liste en glissant dans l’urne ce bulletin VERT :) 

14_pdfsam_BULLETIN PdC_HD

Mots-clés : , , , ,

… Il faut avoir le cul propre! »

Cette phrase, les fidèles du Conseil municipal sont habitués à l’entendre à chaque séance. C’est en effet la formule préférée de Bruno Bilde, « adjoint aux affaires générales » de Steeve Briois.

Vulgaire?

Je ne vous le fais pas dire!

Mais dans la ligne du reste….

Unknown

Lors du dernier en date, le lundi 23 février, entre les « fesses pas propre » de l’ancien maire, le « slip sale » de mon collègue communiste David Noel et mon « cul systématiquement  entre deux chaises », le sieur Bilde, qui est un peu touche glamouro-paillarde de l’équipe, s’en est par exemple inspiré pour filer une métaphore très représentative du niveau auquel il aime rabaisser les séances.

Mais la vérité, c’est que le FN Héninois excelle clairement lui-même dans l’escalade de cocotiers…

Depuis les législatives de 2012, j’ai été attaquée à plusieurs reprises par le front national sur de ma profession de Collaboratrice parlementaire.

La première fois par Marine le Pen en débat sur France 3, qui m’avait reprochée de « travailler dans l’or du Senat bien loin de la misère du bassin minier » (si c’est ce que le FN a en tête en pensant au Sénat, leurs deux nouveaux sénateurs ont dû être très déçus en prenant possession de leur bureau… C’est d’ailleurs surement pour cela qu’ils ne viennent pas souvent ;))

Puis la petite musique a continué: Steeve Briois, alors élu d’opposition, a notamment écrit le 10 juillet 2013 sur son blog « A vrai dire, on a jamais réellement vu Marine Tondelier faire de la politique locale et réelle : pour le local on repassera, puisqu’en tant qu’assistante parlementaire d’un sénateur, elle passe une bonne partie de sa vie à Paris et ne revient par chez nous que pour faire un peu de retape dans les manifestations et conventions des Verts ». Celle-là dans son genre n’était pas mal non plus. Vu que je n’ai jamais eu de logement à Paris et me farcis des allers-retours à longueur de semaine.  D’ailleurs je cherche toujours à comprendre ce que signifie « faire de la retape dans des conventions de Verts » mais il faudra me donner l’adresse ça à l’air sympa…

Depuis les élections municipales, les attaques ne se sont pas calmées, bien au contraire. Mon petit surnom attribué par les élus FN en Conseil municipal ? « La bobo parisienne ». Très drôle de la part d’une équipe municipale dont certains membres sont eux pour le coup vraiment parisiens. Tandis que mon père est d’Hénin, ma mère de Beaumont. Que j’y ai grandit. Que je ne suis à Paris qu’en journée et pour travailler. Et que quand des réunions tardives ou les horaires de la SNCF ne me permettent pas de faire l’aller-retour, je dors chez mon conjoint en Seine-Saint-Denis… bien loin du 6ème arrondissement (et sans regrets!)

Tout récemment, c’était au tour de Francois Vial, mon opposant frontiste aux départementales sur le canton d’Henin 1, de s’illustrer par un nouveau dérapage en m’attaquant sur ma profession sans que cela ne fasse sens.

Sur son blog, il a expliqué, pour commenter la venue de Noel Mamère sur le canton dans le cadre de la campagne, que j’avais « fait jouer les réseaux que m’offrent mes fonctions d’assistante parlementaire » pour organiser ce déplacement.

Outre que Monsieur Vial a été parachuté trop récemment (pour les municipales de 2014) pour être au courant du fait que Noël Mamère était venu en 2009 soutenir notre liste aux municipales partielles (j’étais à l’époque étudiante et adhérente des Verts depuis… 15 jours) puis à nouveau en 2012 lorsque j’étais candidate aux législatives, je ne vois toujours pas comment mon boulot au Sénat me servirait à cultiver mon réseau auprès d’un député… Surtout d’un député de mon propre parti que j’ai donc beaucoup d’autres occasions de rencontrer EN DEHORS de mon travail.

Bref, j’ai entendu beaucoup de bêtises de leur part sur mon activité professionnelle. Je me suis dit que je ne devais pas être tombée dans le bon parti: passer ses journée à cultiver ses réseaux bobos parisiens dans de l’or ça a l’air plutôt sympa et je suis sûre que ça doit être mieux payé que chez nous ;)

J’ai été amenée à plusieurs reprises à leur expliquer si j’avais le choix (entendez s’il y avait du travail pour les jeunes dans le bassin minier) je me ferais un PLAISIR d’accepter un emploi dans le coin et de m’épargner des allers-retours quasi quotidiens.

J’ai aussi dû insister sur le fait que les collaborateurs parlementaires – chez les écolos en tout cas -n’ont rien d’emplois fictifs. Que dans des petits groupes politiques c’est même plutôt l’inverse: nous sommes peu pour beaucoup de travail. Avec des élus non cumulards et donc qui travaillent beaucoup sans multiplier les collaborateurs ici et là. Mais nous ne nous en plaignons pas: c’est ce qui rend notre boulot motivant :)

En somme, ces attaques sur mon emploi me sont souvent passées loin au dessus de la tête. Mais plusieurs fois je me suis demandée. Pourquoi faire une fixation là dessus?

Aujourd’hui j’ai compris!

Grâce aux révélation sur la manière dont fonctionne le FN au parlement européenne, j’ai compris qu’au FN, on peut être comme Bruno Bilde Conseiller Municipal à Hénin-Beaumont, Conseiller Régional NPDC, et… Collaborateur « local » pour Sophie Montel (rappelez vous, c’était la candidate de la fameuse législative partielle du Doubs!), dont la circonscription pour mémoire est … le « Grand Est ». Bref, pas la porte à côté.

Finalement, je pense que ce que voulait en fait me reprocher le FN ça n’est pas d’avoir un contrat de collaboratrice parlementaire. C’est une fonction apparemment très recherchée au FN…

En fait ce qui les perturbe, c’est le fait que je m’obstine à aller TRAVAILLER tous les jours. Ce qui vu comme cela se passe chez eux leur paraît forcément suspect.

Si je vais à Paris tous les jours, ça ne peut pas être pour répondre au téléphone, au courrier, monter des rendez-vous, écrire des interventions ou rédiger des amendements. C’est FORCEMENT pour rester dans de l’or à faire la bobo.

#ElementaireMonCherWatson.

Allez, je vais vous laisser, demain je me lève tôt pour faire campagne. Rassurez-vous, cela ne se fera pas sur mon temps de travail. Pour la durée de la campagne, j’ai posé des congés en bonne et due forme les mardi et les vendredi (jours de marché) ;)

Mots-clés : , , ,

Mardi 17 mars, les candidats écologistes et solidaires du bassin minier vous invitent à échanger à 19 heures au Colysée (Rue Pasteur à Hénin-Beaumont).

affiche-centrée-débat-A3

Plutôt qu’une réunion publique traditionnelle longue à mourir, avec des discours assommants à l’ancienne, nous vous proposons de réfléchir, ensemble, à comment construire le département que nous voulons pour demain: « le Pas-de-Calais en mieux ».

Grâce à la technique du théâtre forum, nous vous proposons de passer de l’autre côté du miroir. Car nous serons toutes et tous, tour à tour, dans le rôle des candidats!

Nous vous jouerons des scènes, des interpellations vécues pendant la campagne, sur les marchés ou en porte à porte. Et nous travaillerons ensemble aux réponses à y apporter. A ce qui est souhaitable. A ce qui est possible. A ce qui est opportun.

Nous serions ravis de pouvoir expérimenter cette forme de débat avec vous!

C’est bien sûr ouvert à tout le monde.

Nous aurons l’honneur de compter parmi nous Martine Billard, Vice-Présidente du Parti de gauche (et ancienne députée verte ;)).

Et un buffet convivial sera offert à tous les participants, pour poursuivre les échanges sous une forme plus informelle!

A mardi :)

201503 - Invitation meeting Hénin 1

201503 - Invitation meeting verso

Mots-clés : , , , , ,

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes sort un très utile Manuel de survie à destination des femmes en politique.

manuel-de-survie-a-destination-des-femmes-en-politique-couv_0

Ce manuel a été écrit sur la base de témoignages recueillis auprès de femmes de différentes formations politiques dont Emmanuelle Cosse, Cécile Duflot, Eva Sas, Marie Blandin, Helène Flautre et moi-même pour ce qui est d’Europe Ecologie Les Verts, Clémentine Autain pour le Front de Gauche, et Laurence Rossignol et Marie-Pierre de la Gontrie pour le Parti Socialiste. Osez le féminisme ! en a écrit la préface.

Il est fondé sur des anecdotes, certaines célèbres (la robe à fleurs) d’autres non, il est surtout fondé sur tout un tas d’exemples vécus, qui vont parfois sourire, parfois moins.

Je le conseille aussi bien aux nouvelles venues en politique pour ne pas tomber dans les pièges se trouvant couramment sur la route des militantes et des élues. Aux élues plus expérimentées pour se remotiver en cas de coup de mou. Et bien sûr, surtout, à tous les hommes politiques qui ont besoin de prendre conscience de certaines choses :)

Vous trouverez au lien suivant une interview de son auteure, Sandrine Rousseau, qui est également porte parole national d’EELV et Conseillère Régionale Nord-Pas-de-Calais.

Bonne lecture!

L’article précédent vous démontre à quel point l’atmosphère des Conseils Municipaux est, à Hénin-Beaumont, déplorable.

Le maire et ses adjoints passent leur temps à caricaturer une opposition « stérile et revancharde », comme s’ils ne connaissaient que deux adjectifs. La vérité, c’est que notre groupe d’opposition est au travail. Souhaite avoir les moyens de le faire correctement. Et que comme cela les dérange, la diffamation est devenu la principale arme du FN pour tenter de nous en dissuader.

C’est sans compter sur notre détermination, qui se renforce à chaque fois que le Front national nous attaque… Inutile de vous dire qu’après bientôt un an de mandat, elle commence à être bien consolidée :)

C’est donc bien armée que j’ai présenté, lundi soir, une motion d’urgence pour soutenir le service des urgences de la polyclinique d’Hénin-Beaumont, , en grève depuis le début de la semaine.

Pour m’être rendue sur place dimanche et m’être entretenue à la fois avec les gréviste, leur représentant syndical et la direction, je savais que le maximum était fait pour trouver des solutions, de part et d’autre. Tout le monde en convienait.

 Le dialogue était déjà bien engagé, autour des demandes des personnels, de trois ordres :

1. L’engagement d’une réflexion sur un meilleur accueil des patients, ce qui supposerait une adaptation de la structure ;

2. L’embauche d’une aide soignante de nuit supplémentaire

3. La création d’un poste d’agent de sécurité qui sécuriserait les personnels, les incidents se multipliant et la police, elle aussi en sous-effectifs, mettant parfois plusieurs heures à arriver sur place.

Alors que les négociations avançaient, la direction a accepté une expérimentation d’un mois du poste d’agent de sécurité. Mais la pérennisation de ce poste est financièrement impossible à ce stade.

C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité, avec mes collègues d’opposition, solliciter une aide de l’Agence régionale de santé pour pérenniser ce poste.

La Polyclinique est certes une structure privée. Ce n’est pas un hôpital public comme l’est par exemple l’hôpital Charlon. Mais quand la polyclinique assure le fonctionnement d’un service des urgences 24h/24 7j/7, qu’elle est la clef de voute de la permanence des soins sur notre territoire qui ressemble de plus en plus à un désert médical, elle prend sa part dans le service public hospitalier. C’est à ce titre que l’Agence régionale de santé est compétente pour aider au financement de ce poste.

C’est un enjeu de santé publique pour le territoire.
C’est un enjeu de sécurité pour les personnels et les patients.

Il est rassurant que la majorité municipale se soit montrée sensible à cette argumentation et aient accepté de voter cette motion à l’unanimité.

20150223 - Motion polyclinique

Motion polyclinique 2

Le lendemain, la grève était d’ailleurs levée, comme annoncé dans cet article de la Voix du Nord.

Article VDN fin grève polyclinique

 

C’est une excellente nouvelle pour les personnels comme pour les patients.

Il nous reste à écrire au directeur de l’Agence Régionale de Santé pour obtenir son aide financière et pouvoir renforcer à long terme la sécurité du service.

J’espère en tout cas que cet épisode aura prouvé que non, nous ne sommes pas une opposition « stérile et revancharde ». Mais une opposition qui propose. Une opposition qui agit. N’en déplaise au FN!

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 807 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :