Skip to content

Le blog de Marine Tondelier

Elue municipale écologiste à Hénin-Beaumont / Candidate aux élections départementales sur le canton d'Hénin 1

L’article précédent vous démontre à quel point l’atmosphère des Conseils Municipaux est, à Hénin-Beaumont, déplorable.

Le maire et ses adjoints passent leur temps à caricaturer une opposition « stérile et revancharde », comme s’ils ne connaissaient que deux adjectifs. La vérité, c’est que notre groupe d’opposition est au travail. Souhaite avoir les moyens de le faire correctement. Et que comme cela les dérange, la diffamation est devenu la principale arme du FN pour tenter de nous en dissuader.

C’est sans compter sur notre détermination, qui se renforce à chaque fois que le Front national nous attaque… Inutile de vous dire qu’après bientôt un an de mandat, elle commence à être bien consolidée :)

C’est donc bien armée que j’ai présenté, lundi soir, une motion d’urgence pour soutenir le service des urgences de la polyclinique d’Hénin-Beaumont, , en grève depuis le début de la semaine.

Pour m’être rendue sur place dimanche et m’être entretenue à la fois avec les gréviste, leur représentant syndical et la direction, je savais que le maximum était fait pour trouver des solutions, de part et d’autre. Tout le monde en convienait.

 Le dialogue était déjà bien engagé, autour des demandes des personnels, de trois ordres :

1. L’engagement d’une réflexion sur un meilleur accueil des patients, ce qui supposerait une adaptation de la structure ;

2. L’embauche d’une aide soignante de nuit supplémentaire

3. La création d’un poste d’agent de sécurité qui sécuriserait les personnels, les incidents se multipliant et la police, elle aussi en sous-effectifs, mettant parfois plusieurs heures à arriver sur place.

Alors que les négociations avançaient, la direction a accepté une expérimentation d’un mois du poste d’agent de sécurité. Mais la pérennisation de ce poste est financièrement impossible à ce stade.

C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité, avec mes collègues d’opposition, solliciter une aide de l’Agence régionale de santé pour pérenniser ce poste.

La Polyclinique est certes une structure privée. Ce n’est pas un hôpital public comme l’est par exemple l’hôpital Charlon. Mais quand la polyclinique assure le fonctionnement d’un service des urgences 24h/24 7j/7, qu’elle est la clef de voute de la permanence des soins sur notre territoire qui ressemble de plus en plus à un désert médical, elle prend sa part dans le service public hospitalier. C’est à ce titre que l’Agence régionale de santé est compétente pour aider au financement de ce poste.

C’est un enjeu de santé publique pour le territoire.
C’est un enjeu de sécurité pour les personnels et les patients.

Il est rassurant que la majorité municipale se soit montrée sensible à cette argumentation et aient accepté de voter cette motion à l’unanimité.

20150223 - Motion polyclinique

Motion polyclinique 2

Le lendemain, la grève était d’ailleurs levée, comme annoncé dans cet article de la Voix du Nord.

Article VDN fin grève polyclinique

 

C’est une excellente nouvelle pour les personnels comme pour les patients.

Il nous reste à écrire au directeur de l’Agence Régionale de Santé pour obtenir son aide financière et pouvoir renforcer à long terme la sécurité du service.

J’espère en tout cas que cet épisode aura prouvé que non, nous ne sommes pas une opposition « stérile et revancharde ». Mais une opposition qui propose. Une opposition qui agit. N’en déplaise au FN!

Comme vous avez pu le lire dans la Voix du Nord, on ne peut pas dire que le Conseil municipal de lundi soir se soit bien passé…

11021194_10153067232361280_42719644075823439_n

Le motif d’une telle haine de la majorité?

Une opposition qui joue son rôle… d’opposition;

Une opposition qui fait respecter ses droits et ceux des Héninois-e-s et des Beaumontois-e-s;

Une opposition qui travaille sur le fond quand le maire passe son temps à la qualifier de « stérile et revancharde », évidement pour masquer sa propre fébrilité;

Est-ce digne d’un élu de l’année de me couper dès le début du Conseil municipal plus de 12 fois en trois minutes alors que j’interviens juste, au moment du vote du compte-rendu de la séance précédente, pour rappeler qu’en toute illégalité il ne nous a toujours pas octroyé un local?

Est-ce digne d’un élu de l’année de me singer et de pouffer à chaque fois qu’une de mes interventions le dérange (c’est à dire souvent)?

Est-ce digne d’un élu de l’année de laisser l’un de ses adjoints s’exciter à un tel point que l’opposition doive demander une interruption de séance pour le laisser se calmer?

Est-ce digne d’un élu de l’année de clairement favoriser, dans sa manière de conduire les débat, Bruno Bilde qui a le droit d’intervenir autant qu’il veut (quasiment sur toutes les délibérations) et de multiplier les digressions (et les agressions) alors que les élus d’opposition se font couper la parole et le micro dès que ce qu’ils disent ne convient plus au maire?

Est-ce digne d’un élu de l’année de sombrer avec sa majorité dans l’invective, allant même jusqu’à déclarer que mon collègue David Noel « n’a pas le slip propre »? (#Classe)

Vraiment, tout cela est très décevant et indigne des habitants d’Hénin-Beaumont qui, après toutes ces années, mériteraient bien un peu de répit et des élus qui se concentrent sur le fond.

Parlons-en, justement, du fond!

Bruno Bilde s’est excité à plusieurs reprise pour expliquer que l’ « opposition ne s’intéresse qu’à chipoter sur les points et les virgules ». Outre que cela souligne son mépris pour notre travail d’élu-e-s, que rappelons-le nous faisons bénévolement et en plus de nos activités professionnelles, cela est faux.

Car tout au long du Conseil Municipal, mes collègues et mois sommes intervenus pour parler du quotidien des habitants. Surement le maire était-il trop occupé à faire le guignol pendant nos prises de parole pour y faire attention…

Je suis notamment intervenue pour saluer l’adhésion de la ville à l’association ADDULACT, plateforme de mutualisation pour les collectivités territoriales des initiatives liées aux logiciels libres. Mais en posant plusieurs questions pour savoir en quoi cela va pouvoir favoriser la transparence des décisions et l’accès citoyen aux données publiques,  ce que cette adhésion va changer dans la gestion des affaires de la mairie ou encore en quoi cela va faciliter la préparation des conseils municipaux.

J’ai également souligné que cela démontre un goût de la majorité FN pour le caractère ouvert, cosmopolite et sans frontière des logiciels libres. Peut-être un jour cela essaimera-t’il dans leur programme sur d’autres sujets sur lesquels ils semblent beaucoup plus stressés par l’ouverture…. (#SuivezMonRegard).

Plus tard, lorsque nous avons abordé la question des jardins familiaux en cours de création, j’ai pu rappeler la différence entre les jardins partagés, collectifs, pourvoyeurs de lien social, d’entraide et d’échange de services, et les parcelles individuelles clôturées. Et attirer l’attention sur l’importance pour la santé des gens qui consommeront les produits issus de ces cultures, et donc sur l’importance de contrôler la qualité des sols et d’éviter l’utilisation de produits phytosanitaires sur ces cultures.

Enfin, la majorité a fait la preuve de son étrange conception du fonctionnement de la CAHC (Agglomération Hénin-Carvin). A deux reprises, ils ont proposé au vote du Conseil Municipal une motion demandant de se prononcer par avance sur des débats à venir là bas.

Apprécieraient-il que la majorité à l’agglomération Hénin-Carvin propose des motions pour décider ce qu’il faudrait voter en Conseil Municipal à Hénin? Je pense que nous avons toutes et tous la réponse…

Eugène Binaisse et moi avons défendu et défendrons notre ville à l’agglo toutes les fois où cela sera nécessaire. Mais nos vote seront décidées en réunion de groupe, avec nos collègues des autres villes de l’agglo. Non pas pour se faire « dicter de Carvin » nos positions de vote, comme cela a été sous-entendu par le FN. C’est bien mal nous connaître… Mais pour convaincre au sein de la majorité de l’agglo de nos positions. Pour entrainer avec nous d’autres votes. Et ce n’est pas une motion municipale du front national qui le fera…

Voilà pourquoi nous nous sommes abstenus lundi soir sur les deux motions présentées par le Front national.

Parce que les bonnes nouvelles sont rares et qu’il faut donc en profiter quand nous en avons unes, vous pouvez aussi lire cet autre article du blog qui revient sur la motion de soutien aux urgences de la polyclinique d’Hénin-Beaumont, que les élus d’opposition ont réussi à présenter et à faire adopter à l’unanimité lundi soir en fin de Conseil Municipal!

Et je vous souhaite en attendant un très bon week-end ensoleillé :)

Profitant de sa venue dans le bassin minier vendredi dernier, Emmanuelle Cosse a souhaité apporter son soutien aux opposants au projet d’exploitation des gaz de houille, prévu à la limite entre Avion et Méricourt, au beau milieu de ces champs:

FullSizeRender-7

Un représentant du collectif Houille Ouille Ouille s’est joint à nous pour expliquer l’absurdité du projet, ainsi qu’Emmanuel Cau, Vice-président écologiste au Conseil Régional du Nord-pas-de-calais, en charge de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et du Plan climat.

Jamel Oufqir, candidat pour EELV, le parti de gauche et le Front de gauche sur le canton, a rappelé que ce qu’attend la population, pour baisser ses factures énergétiques, c’est qu’on l’aide à isoler sa maison plutôt qu’aller creuser dessous.

IMG_4811

Tout nous pousse à nous mobiliser avec les citoyens contre ce projet!

1. Les dégâts environnementaux potentiels, et leurs conséquences sur la santé

Les fluides qui seront utilisés pour « stimuler la roche » sont des polyacrylamides, qui sont certes biodégradables mais dont les produits de dégradation (acrylamides) sont cancérigènes.

La nappe phréatique « de la craie blanche », qui alimente en eau une partie de la région risque d’être polluée.

2. Les promesses mensongères en terme d’emplois

De l’aveu même du président de l’entreprise EGL, qui conduira les travaux dans la région, un forage rapporterait environ 1 à 2 emplois. D’où vient donc le chiffre de 300 emplois crées dans la région grâce à l’exploitation des gaz de couche?

3. L’information cachée aux citoyens

Après les permis d’exploration du Sud Midi et du Valenciennois accordés dans le plus grand secret (même les élus locaux avaient été écartés de tout processus d’information et à fortiori de
décision), les travaux de forage ont été autorisés à Avion sans aucune information à la population.

Heureusement que les associations locales se sont mobilisées pour médiatiser le projet!

4. Le fiasco des expériences précédentes

L’entreprise EGL qui conduira les travaux dans la région est loin d’avoir la maîtrise technique qu’elle prétend avoir, contrairement à ce qu’on a pu lire dans la presse régionale, tant dans le Nord qu’en Lorraine.

En Lorraine par exemple, sur trois puits forés, deux furent ennoyés en raison de failles non décelées avant les forages. Le troisième rejette chaque jour du méthane, dans l’atmosphère. Un quatrième forage, actuellement en cours (Tritteling- Redlach), a connu des problèmes techniques en novembre dernier (perte de la tête de forage dans le puits).

A ce jour, il n’y a aucune certitude quant à la rentabilité potentielle d’un seul puits, mais déjà dix millions d’euros perdus.

Comment leur faire confiance aujourd’hui?

IMG_4813

 

Parce qu’il est urgent de planter ce projet qui tente de passer en force contre notre santé, notre environnement et notre intérêt, nous avons symboliquement commencé par planter un arbre sur les lieux où les forages sont prévus, en compagnie des candidats écologistes du secteur et de notre Secrétaire nationale.

IMG_4812

A vos côtés, les militants et les candidats d’Europe Ecologistes et du Parti de gauche se mobilisent et n’ont pas peur de se salir pour protéger votre avenir!

11002491_10153059311946280_883240796236093045_n

 

Retrouvez plus de détails sur le site de La Voix du Nord .

Mots-clés : , , , , , ,

Vendredi, Emmanuelle Cosse, notre Secrétaire nationale écolo était présente dans le bassin minier à l’occasion du lancement de la campagne écologiste et solidaire sur les 9 cantons du bassin minier.

IMG_4817

Comme le rappelle La Voix du Nord dans son article, elle était déjà venue il y a un an au moment de la campagne des élections municipales, et a souhaité, à l’occasion de cette nouvelle campagne, venir soutenir les copains locaux, mais surtout « montrer aux habitants qu’on ne les abandonne pas ».

Article Voix du Nord Emma Marché d'Hénin

Après un café au Chanzy, qui nous a notamment permis de discuter avec Eugène Binaisse de l’ambiance actuelle au sein de la municipalité, nous sommes donc partis à la rencontre des habitants d’Hénin 1 et d’Hénin 2.

IMG_4816

 

L’occasion pour beaucoup de nous poser leurs questions sur les élections départementales à venir, et qui restent encore un mystère … Le nom a changé, les règles aussi, et les cantons ont été redécoupés: difficile de s’y retrouver! Je vous rappelle que notre Journal des Verts d’Hénin-Beaumont disponible ici vous renseigne d’ailleurs sur comment cela va se passer.

IMG_4797

Mais l’occasion également de s’échanger quelques messages sympathiques d’encouragement, qui en période de campagne et surtout à Hénin-Beaumont sont toujours les bienvenus :)

 

IMG_4798

 

En fin de matinée, et à la demande des associations locales, nous nous sommes rendus sur les campements du secteur, avec Majdouline Sbai, Vice présidente du Conseil régional, en charge notamment de la Citoyenneté. Médecins du Monde nous a notamment alertés sur l’urgence sanitaire qui y règne, ici en l’occurence sur le campement du terril Saint-Henriette où habitent, dans des chalets construits à la main, des roms bosniaques arrivés en France depuis 1996 et qui tentent depuis d’y survivre comme ils peuvent. Ils ont fuit la guerre: impossible pour eux de retourner là bas.

FullSizeRender-6

 

Sur le campement à la frontière entre Hénin et Montigny, rien à voir: deux fois plus de monde. Et une précarité alarmante. Surtout depuis l’incendie accidentel cette semaine de 6 caravanes (parti, en pleine nuit, de l’explosion d’une bouteille de gaz abimée alors qu’une maman s’était réveillée pour faire à manger à sa famille).

6 familles ont donc perdu le peu qu’elles avaient. Tout perdu. Des solutions d’urgence sont envisagées avec les associations et les élus mobilisés. N’hésitez pas à nous faire signe si vous avez chez vous des couvertures ou vêtements à donner.

 

IMG_4814

Mots-clés : , , , , , , ,

Comme un article précédent de ce blog l’indique, les jeunes écologistes du bassin minier, intrigués par le désormais fameux « mur de la cité Konin », se sont rendus le week-end dernier sur place à la rencontre des riverains.

Nous avions à la base prévu une petite action décalée qui visait, au vu de la polémique, à aider les « anti-mur » à s’y habituer en y trouvant d’autres utilités (table de pic-nic, équipement sportif improvisé, support de verdure, etc). Bref, de détendre l’atmosphère sur le sujet, ce qui nous paraissait URGENT et INDISPENSABLE.

 FullSizeRender-3

Soyons honnêtes: l’action ne s’est pas exactement déroulée comme prévu…

Le quartier, en proie à un taux de cambriolage insupportable, a rejoint il y a quelques semaines le dispositif « voisins vigilants ». Comme nous nous y attendions, les riverains nous avaient organisé un petit comité d’accueil. Alertés par le sms collectif qui fait partie du dispositif , ils ont été une vingtaine à sortir en même temps de chez eux pour nous interpeller.

Le ton fut dans un premier temps très tendu. Mais bien formés à la communication non-violente, les copains et moi ne nous sommes pas démontés et, plutôt que de se quitter fâchés et incompris, avons engagé la discussion par petits groupe… Discussion qui durera au final près d’une heure.

 IMG_4746

Je tiens à remercier très sincèrement les riverains qui ont pris le temps d’échanger avec nous, malgré la semaine éprouvante qu’ils venaient de vivre, et qui les ont fait se sentir injustement visés par de nombreux médias.

 J’ai tout d’abord pu ressentir la détresse de personnes excédées par la circulation des automobilistes qui coupent par leur rue pour arriver plus vite à Auchan. Eux qui ont choisi il y a 8 ans de construire dans ce qui leur était présenté comme une zone résidentielle n’ont pas signé pour ça. Et ont peur pour leurs enfants qui jouent sur la route (un enfant en trottinette a encore été renversé il y a peu).

Excédés également par les cambriolages, apparemment facilité par la proximité de l’autoroute. L’un d’entre eux en est à son troisième en un an!

Excédés finalement par le « buzz médiatique » qui a sévi cette semaine autour de l’ouvrage. Ils ne se sont pas reconnus dans les reportages qui ont circulé. Ils affirment avoir été consultés sur ce mur. Et affirment avoir été environ 80% à le vouloir « mais que 20% ne soient pas d’accord, ça arrive, comme sur tout projet », ajoutaient-ils.

Ils n’ont pas apprécié que « leur » mur soit moqué jusqu’au Ghana et à Singapour. Ils n’ont pas compris les proportions prises par cette affaire.

Leurs arguments, nous les avons entendus et compris!

Nous avons également bénéficié d’une écoute attentive lorsque nous avons partagé les nôtres :

> Tout d’abord que la Voix du Nord n’est pas là pour donner simplement l’avis des « pro-murs », et que même si les gens qui se sont exprimés contre n’habitent pas la rue mais les rues voisines, il est légitime qu’ils aient pu également être écoutés par la presse.

> Ensuite, que ce mur déplace sans le résoudre le problème de la zone commerciale voisine surdimensionnée et du flot de voiture qu’elle draine, faute de système de transports en commun suffisamment attractif. La solution mise en œuvre et bénéfique pour eux: ils auront, une fois l’effervescence retombée, retrouvé leur sérénité. Mais ne règle pas le problème global, qui sera reporté sur d’autres axes.

> Enfin que la Voix du Nord n’est pas pas responsable du fait que depuis que le FN en a fait sa vitrine, et encore plus depuis que notre maire a été « élu local de l’année », les projecteurs soient braqués sur notre ville.

Ce mur est le premier fait saillant post « remise du prix du trombinoscope », ce qui explique le retentissement médiatique qu’a pris cette actualité.

Le maire est très content d’avoir reçu ce prix. En témoigne les caisses que la municipalité en fait dans le journal municipal de ce mois, ici en couverture:

IMG_4739

Et ici à l’intérieur du journal:

FullSizeRender-4

Et en politique, le beurre ET l’argent du beurre, ça n’existe pas. Tout gain de notoriété a son revers de la médaille: car plus on parle d’une personnalité politique, plus, forcément, et proportionnellement, elle a de chance d’être raillée, moquée, tournée en dérision. « C’est le jeu ma pauvre lucette », que l’on soit content ou pas, c’est comme ça que ça marche!

La preuve par l’exemple: une photo de moi dans la Voix du Nord a réussi à déchainer les foudres du FN… Imaginez si j’avais gagné le prix d’élue d’opposition de l’année (que tout le monde se rassure, ça n’existe pas!).

 L’édition locale de la Voix du Nord, représentée sur place au moment de la discussion avec les riverains, a en effet rendu-compte de cet évènement dans un article on ne peut plus classique. Mentionnant très rapidement l’initiative des jeunes écologistes, mais laissant surtout la part belle aux témoignages de riverains. Mon nom n’est même pas cité dans l’article, mais voilà, voilà, DRAME PSYCHOLOGIQUE pour le FN, j’apparais en photo (enfin de profil, en train de discuter, je suis sure que même certains de mes proches ne m’ont pas reconnue…).

Capture article mur hénin

Mais voyez vous, dans le règne que le FN voudrait sans partage sur Hénin-Beaumont, une photo d’une élue d’opposition qui va faire du terrain un samedi après-midi dans une rue au centre de l’actualité du moment, c’est déjà un affront.

Voici la réaction que le maire a donc immédiatement publié sur son blog, accusant le journaliste et responsable de l’agence locale de la Voix du Nord Pascal Wallart de collusion avec moi.

Je ne perdrai pas trop de temps à commenter le caractère ridiculement outrancier de ce communiqué de presse. Parce qu’imaginer Pascal Wallart « prenant ses ordres de Carvin » doit le faire bien marrer, ainsi que le député-maire de Carvin Philippe Kemel, ici visé. Parce que j’espère bien que si Pascal Wallart était mon directeur de campagne, j’aurais au moins eu mon nom en gros dans le titre. Et aussi parce que j’y suis accusée de ne pas avoir été présente d’une réunion à laquelle je n’ai jamais été invitée et dont bien sûr je n’avais pas été informée, le FN se réservant jalousement ce type d’information et se gardant bien de nous en communiquer l’existence en amont…

Bref, mieux vaut en rire qu’en pleurer.

Je préfère essayer de comprendre quelle élue d’opposition il faudrait que je sois exactement pour que le FN me lâche la grappe et ne recommence pas à harceler un journaliste au prétexte qu’il publie une photo de moi. En fait il faudrait que je ne dise rien. Que je ne fasse rien. Et que j’attende bien sagement la fin du mandat…

Désolée de voir les choses différemment, de m’investir dans ce mandat, et de faire du terrain autant que possible.

Avec ce telles méthodes, le maire ne s’étonnera pas que nous, élus d’oppositions, soyons obligés de tenir des conférences de presse pour demander au FN de « sortir de l’invective permanente » (voir article précédent).

Que nous soyons de plus en plus nombreux à considérer que ces méthodes cachent une grande fébrilité.

Et que les tentatives d’intimidation dont nous faisons l’objet ne fassent que renforcer notre détermination.

Bref, assez parlé de cette réaction ridicule mais néanmoins inquiétante du FN.

Revenons rue Teodorowicz pour la conclusion de cet échange enrichissant avec les riverains (y compris sur le dispositif « voisins vigilants », dont je vous avez déjà parlé ici et que le quartier expérimente, avec un réel engouement pour certains, mais des réserves que je ne suis pas la seule à partager et que certains sur place admettent).

En somme, nous avons partagé un beau moment d’échange, rendu possible par la volonté de chacun de débattre sereinement (l’absence d’élu FN sur place a BEAUCOUP aidé, vous imaginez vu le ton de l’article du blog précité ce que ça aurait pu donner…).

Je suis TRES contente d’avoir pu avoir cette conversation directe avec les premiers concernés et d’avoir pu comprendre la crispation des uns et des autres autour de ce mur.

Chacun que les arguments aient pu être échangés intelligemment et dans le respect de l’autre, n’en déplaisent à certains qui auraient surement préféré qu’on en vienne aux mains.

D’où la volonté de chacun de rebaptiser ce « mur anti-cambriolage », appellation qu’ils trouvent absurde, en « mur de la communication ».

Nous nous sommes quittés en parlant d’avenir: décoration et fleurissement prévu du mur.

On s’est même dits que l’on se retrouverait pour un pic nic sur place le jour de la fête des voisins!

Et puis aussi on a sorti les raquettes, parce qu’on ne pouvait tout de même pas partir dans la faire, cette partie de badminton!

FullSizeRender-5

#ALaprochaine

Mots-clés : , , , , ,

Etre élu d’opposition à Hénin-Beaumont, ça vous forge le caractère!

Pas d’autre choix en effet que de ne pas se laisser faire, que de ne pas se taire face aux méthodes d’intimidation de la mairie front national en place.

Car derrière le masque de l’élu de l’année, de la dédiabolisation de l’extrême droite et du disneyland du front national se cachent des méthodes assez inquiétantes envers la presse, les associations du sortent du rang, les opposants politiques.

C’est ce qui nous a poussés, élus d’opposition accompagnés des élus des villes voisines dont le député maire Philippe Kemel à lancer un appel au retour d’une certaines éthique en politique.

Une conférence de presse qui nous a fait beaucoup du bien. En espérant que nous serons entendus!

Vous pouvez lire l’article de la Voix du Nord à ce sujet en cliquant ici.

Capture binaisse bashing

Mots-clés : , , , , , , ,

Europe-Ecologie Les Verts, le parti de gauche, les objecteurs de croissance et les citoyens du secteur lancent, vendredi 20 février, la fabrique citoyenne du bassin minier, à l’occasion de la campagne des élections départementales.

Nous vous avons concocté une soirée chaleureuse et participative, qui commencera par un échange sur notre programme, au cours duquel nous vous demanderons très franchement: « Et vous, le département, vous en attendez quoi?« 

On poursuivra en parlant de ce que veut dire « faire de la politique autrement » au quotidien, avec Karima Delli, notre députée européenne EELV et Laurent Matejko, conseiller régional PG.

Et puis après un buffet convivial dont les écolos ont le secret, un spectacle d’écolo-coaching vous sera offert, parce que rire aussi c’est important!

Nous vous attendons nombreux et sommes impatients d’échanger avec vous, en présence de nos candidats sur les 9 cantons du secteur.

L’équipe de campagne écologiste et solidaire du bassin minier

 BAM

Mots-clés : , , , , , , ,

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 738 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :