Pourquoi je suis résolument favorable à une candidature de Nicolas Hulot pour 2012…

A 11h, Nicolas Hulot déclarera officiellement sa candidature à la primaire (désignation pour la présidentielle) d’Europe Ecologie – Les Verts….

J’en profite pour « sortir du placard » et vous annoncer – mais cela n’est plus un secret pour beaucoup de gens – que je le soutiens depuis maintenant quelques semaines.

Alors certes, j’encaisse les critiques faciles depuis quelques jours, de ceux qui, écologistes ou pas, parlent sans savoir, raillent sans légitimité, critiquent sans se mouiller, et menacent de ne pas faire campagne s’il remportait la primaire écologiste. Mais je suis convaincue de mon choix. Convaincue du personnage. Convaincue qu’il est de notre responsabilité, en 2012, de démocratiser l’écologie politique, et que oui – Nicolas Hulot est le plus à même de faire passer notre message.

 

L’actualité (crise financière, catastrophe nucléaire de Fuckushima, scandale du Médiator, dérapages xénophobes du gouvernement, crise sociale, etc) vient tristement nous rappeler que la société n’a jamais eu autant besoin du changement de modèle porté par les écologistes.

Nos récents scores – entre 10 et 15% en moyenne -, sont encourageants, mais insuffisants pour engranger réellement la conversion écologique de notre économie et plus largement de notre société, que nous réclamons de nos voeux. Notre but ne doit plus simplement être de participer à l’élection pour « parler » et « faire parler » de nos idées et de nos propositions écologistes. Place à l’action ! Notre objectif en 2012 doit être ambitieux et viser un score qui nous permette d’être en position de force pour négocier suffisamment de postes ministériels et de circonscriptions.Le but n’est pas de satisfaire les ambitions personnelles d’untel ou untel, mais bel et bien d’être réellement en mesure non plus seulement de porter l’espoir, mais de le concrétiser. Car c’est bien cela qui est en jeu aujourd’hui: souhaitons nous rester des figurants de la politique nationale, ou aurons-nous le cran de tout mettre en oeuvre pour en devenir des acteurs de premier plan? Il est de notre responsabilité d’écologistes de transformer l’essai, et de ne pas rester au milieu du gué!

 

Après des cantonales pas hyper méga faciles dans le Pas-de-Calais et la claque Front National (la « vague bleue marine » a remporté 52% des suffrages dans ma ville – Hénin-Beaumont – au second tour, alors que 4 duels seulement se jouaient sans candidat frontiste sur tout le département), je pense sincèrement qu’Hulot est le bon choix. Un choix qui parle aux gens, tandis que le concept « Eva Joly », malgré un an de campagne, échappe encore à la majeure partie d’entre eux. Ils ne la connaissent pas. Elle ne les transcende pas. Malgré il est vrai des efforts notables ces dernières semaines, que je salue d’ailleurs. Nicolas a déjà cette notoriété qui fait qu’il sera écouté. Et pourra parler de l’écologie à des publics que nous ne sommes pour l’instant pas parvenus à toucher, et encore moins à mobiliser. Quelle est notre priorité aujourd’hui: convaincre ceux qui sont déjà convaincus, ou massifier l’écologie politique, seule idéologie en laquelle nous croyons et que nous parviendrons pas à concrétiser tous seuls?

Ma conviction est que pendant que les partis majoritaires se renvoient la faute sur les scores angoissants du Front National, il est de notre responsabilité de faire un barrage intelligent et constructif à l’extrême droite. Beaucoup plus efficace qu’une union sacrée électorale conclue en catastrophe entre deux tours et qui ne s’occupe que des conséquences en oubliant les causes profondes. Pour s’attaquer aux racines du mal, ce n’est pas d’un barrage électoral dont nous avons besoin. Mais bel et bien d’un barrage d’idées. D’un barrage d’espoir. Beaucoup d’électeurs FN cherchent en fait un moyen d’exprimer leur désarroi face à une société qui les déçoit, les plonge dans l’anxiété, les révolte. Mais nous le savons, derrière le paravent communicationnel du Front National et de Marine Le Pen se tapit un projet certes anti-républicain et xénophobe, mais également complètement archaïque et inadapté aux crises actuelles.

A nous de produire et de communiquer sur un projet qui sache convaincre ces personnes écoeurées par la politique xénophobe et populiste du gouvernement, mais qui doutent des capacités du PS à se montrer suffisamment créatifs pour rompre avec nos modèles dominants, et à s’adapter aux enjeux majeurs du monde contemporain : sortir du dogme de la croissance, construire une société postindustrielle, mener une autre politique de la santé, sortir du nucléaire, etc

C’est à Nicolas que j’ai choisi de faire confiance pour porter cette lourde responsabilité. Parce que je sais qu’il a la fraicheur, la motivation, le dynamisme, la fibre et les épaules pour le faire.

 

 

 

Aujourd’hui commence une campagne interne qui débouchera en juillet sur la désignation de notre candidat à la primaire. Je lui fait confiance pour rassurer les écologistes sur sa capacité à défendre NOTRE projet. A mener une campagne collective où tous trouveront leur place. A ne laisser AUCUN doute sur ce qu’il appelera à voter au second tour. A éclaircir les points sur lesquels il se fera sans aucun doute tâcler, sans langue de bois.

Je pourrais faire la liste des 10 « vraies idées reçues » qui circulent depuis plusieurs mois sur Hulot. Je préfère le laisser lever les soupçons et garder mon énergie pour les quelques semaines de campagne interne qui se préparent… J’aurais de toute manière largement l’occasion de revenir sur tout ça dans de prochains billets!

Mais je vous en supplie, ne tombons pas dans les petites phrases qui discréditent tout le monde. Ecoutons ce qu’il a a nous dire, et jugeons par nous-même. Sereinement. En nôtre âme et conscience. Selon notre intime conviction 😉

Déterminons ce qui est important pour nous en 2012 et quelle est la manière dont nous pensons pouvoir y arriver.

Et engageons nous, quoi qu’il arrive, à faire la campagne du ou de la candidat/e qui remportera les primaires. #BonEsprit

Que le meilleur gagne !

Publicités