Skip to content

Le blog de Marine Tondelier

Ecologiste, élue d'opposition à Hénin-Beaumont et Conseillère Communautaire à la CAHC

Hier se sont achevées les journées d’été d’Europe Ecologie-Les Verts… Cécile l’a souligné lors de la plénière de cloture: beaucoup de militants ont constaté un grand écart entre leur ressenti sur place et les gros titres et petites phrases dans la presse. Pour apaiser les frustrations de ceux qui n’y étaient pas mais veulent se faire une idée du ton de ces journées d’été, mais aussi pour faire marrer ceux qui y étaient et en gardent un souvenir MEMORABLE, voici un petit compte rendu TRES SUBJECTIF du off. Des petites anecdotes. Des moments drôles qui ont donné leur saveur à ces quelques jours. De la petite histoire, qui n’a pas retenu l’attention des médias, mais à constitué le quotidien des militants.

Jour 1 : Clermont Ferrand, une ville comme les autres (mardi 16)

Aaaaah, Clermont Ferrand! On en a tous rêvé, Europe Ecologie l’a fait🙂 En vérité, je n’y avais jamais mis les pieds, ni en Auvergne d’ailleurs. Mais c’est dans un certain enthousiasme que je préparais à rejoindre la ville destinée à devenir la capitale écologiste l’espace de quelques jours…

De toute manière comme aiment me le notifier certains « toi comme tu viens d’Hénin-Beaumont, alors on peut t’emmener n’importe où t’es toujours contente ». Et encore, la dernière fois que l’on m’a dit ça, c’était pendant les régionales, au Quesnoy dans la Sambre Avesnois pour un « banquet festif zéro carbone »… En arrivant dans la ville fortifiée, je m’étais exclamée « ah, mais c’est trooooop beau! ». En fait j’avais un peu été la seule à m’enthousiasmer. Et on s’était gentillement foutu de ma gueule …

Bref, vous imaginez bien que je ne POUVAIS pas faire partie des gens qui râlaient à l’idée de devoir se traîner à Clermont en plein mois d’Août. Parce qu’en vrai, pour moi, Clermont, c’était l’aventure. L’exotisme. Et que de toute façon, après avoir passé 5 semaines à traverser que des lacs et des forêts en Suède, je n’ai plus peur de rien…

Alors allez, un peu de bon esprit, même les plus bougons reconnaîtrons que le train Teoz, c’était un peu space montain (sérieux, vous avez essayé de vous déplacer pendant la marche du train?). Que la plénière de clôture, c’était juste une énorme flashmob « pour un sauna zéro carbone ». Qu’à un diner presque parfait, le bleu d’Auvergne cacahuète de la buvette aurait laaaaargement tenu la concurrence. Et qu’en vrai, Dany, c’est quand même un grand comique qui a tout fait pendant 4 jours pour nous faire marrer. Même qu’à la fin il ne savait plus quoi inventer pour se faire remarquer, le bougre…

Jour 2 : Où l’on commence à prendre conscience… (mercredi 17)

Le mercredi 17, nous étions donc quelques uns à avoir anticipé notre arrivée à Clermont pour participer à l’ecolocamp, bar camp de l’écologie numérique. Environ 150 personnes. Des câbles. Un Manu Reynaud. Une buvette tenue par les Jeunes Ecolos. Des ordinateurs, beaucoup d’ordinateurs. Et une belle biodiversité de geeks: les « twittos-mais-je-comprends-rien-les mails-qui-parlent-technique-en-vrai », les « touche-pas-à-mes-libertés-numériques », les « ptain-j’adore-démonter-et-remonter-mon-ordi-en-me-chronométrant », les « tiens-j’écrirais-bien-mon-autobiographie-en-HTML », les « putain-je-te hashtague-la-gueule-en-bluetooth-si-tu-te-calmes-pas-tout-de-suite », j’en passe et des meilleurs…

Etant arrivée tard la veille, c’était un peu ma rencontre avec la ville… Et c’était du propre. Quoi de mieux qu’une mission « acheter des boissons pour 150 personnes et se les coltiner en caddie dans le centre ville » ou qu’une expédition « 80 pizzas pour le buffet du midi » pour frayer avec les Clermontois?

Plus tard dans l’après-midi, avec les Jeunes Ecologistes, on a tenté une opération « bouger le centre ville de Clermont » en organisant une « loterie du genre » place Jaude. Une loterie du genre? Spécialité des Jeunes Ecolos alsaciens. Tu construits une sorte de roue de la fortune en carton. Tu démarches les passants pour qu’ils tentent leur chance. S’ils tombent sur une case « homme », ils reçoivent un joli tract qui leur explique à quel point ils ont réussi leur vie: 27% de salaire en plus, le droit d’être quasi-hégémoniques à l’assemblée nationale et dans les conseils généraux, le droit de « l’emporter sur le féminin », etc. Et pour les malheureux qui tombent sur la case femme, ils ont le droit … de faire la vaisselle et c’est déjà pas mal.

Bref, le concept est drôle. Mais soit le Clermontois ne l’est pas autant. Soit NOUS ne le sommes pas vraiment… Disons en tout cas qu’on nous a un peu pris pour des tarés. Que beaucoup ont eu l’air effrayés. Et qu’au mieux on a eu de l’indifférence. Dites donc, heureusement que quand on a organisé le fameux faux double mariage gay (deux hommes + deux femmes en simultanné, la vidéo ici!), ont s’est retranchés dans l’entrée de l’université qui accueillait les Journées d’été, parce qu’en plein centre ville, on aurait pu déclencher des crises d’épilepsie…😉

A part ça la journée s’est terminée doucement. Ah non, sauf que j’oubliais LA blague du mercredi 17. Le retrait de mon badge… J’ai failli porter plainte pour diffamation, avant que Julien Sage m’explique (en étant néanmoins mort de rire) que le 69 correspondait à mon numéro d’inscription, qu’on y pouvait rien, que c’était la vie, et que oui, j’allais devoir me le trimballer autour du cou pendant 4 jours… #MerciClermont #HeureusementQueJaiDeL’Humour …



Jour 3: soirée serpentins et cotillons chez les hulotistes (jeudi 18)

Le mercredi,  c’était aussi l’anniversaire de Jean-Paul Besset. Et effectivement, ce fut un peu sa fête. Comme la plupart des protagonistes de la campagne hulotiste, c’était un peu la journée du « je me fais interpeller toutes les 10 minutes sur l’absence de Nicolas Hulot », et « je dois passer mon temps à rassurer tout le monde sur le fait que OUI, je soutiendrai Eva Joly et non Jean-Louis Borloo » et je dédramatise les rumeurs abérrantes du genre « il parait que Hulot projette d’aller aux  journées d’été du MODEM en deltaplane, t’en penses quoi…? ». Et aux supporters de Stéphane Lhomme, on leur a demandé leur avis (ah non c’est vrai, on pouvait pas, ils sont tous pas venus😉 )

Pour se remonter le moral, le cercle des hulotistes anonymes s’est réunis le jeudi soir pour un débrieffing suivi d’une collation auvergnate (rien à voir avec Brice Hortefeux je vous rassure). Il faut être honnêtes, on ne savait pas trop ce que ça donnerait. Certains trouvaient cela inutile. C’était fini, il fallait soutenir Joly et tourner la page. Mais j’étais d’avis, comme beaucoup d’autre, que cela ferait du bien à tout le monde d’analyser la défaite, d’exprimer ses regrets et de dégager des perspectives, en mode thérapie de groupe.

Et utile, oui, ça l’a été. Certains étaient contents, d’autres critiques. Mais tout le monde a été constructif. Et j’ai l’impression que l’échange a vraiment fait du bien à tout le monde. La plupart des gens étaient d’ailleurs de bonne humeur, et on a eu droit à des blagues presques marrantes: « il n’y a plus d’hulotistes, nous sommes tous des Orphelins ».

Plusieurs perspectives ont été envisagées, dont il s’agira de discuter avec Nicolas pour qu’il détermine quelle place il peut et veut prendre dans la suite de la campagne écologiste pour 2012. Une rencontre aura surement lieu en septembre entre lui et ses soutiens, dans un cadre un peu plus serein que des journées d’été.

On est tous rentrés un peu soulagés… Mais c’était avant LA provocation. Un petit carton de la femme de ménage retrouvé sur mon couvre lit à l’hotel (parce que oui, l’Etap Hotel, c’est trop classe, on a MEME des couvre-lits😉 ) En gros, on m’annonce qu’une dénommée Eva a nettoyé ma chambre, qu’elle est d’une propreté irréprochable, que ses équipements sont en parfait état de fonctionnement, et le plus drôle:  « si elle ne vous donne pas satisfaction, merci de bien vouloir nous le signaler ». Dormez malin!

Je n’ai pas porté plainte pour persécution, parce que j’étais trop morte de rire. Je me suis dite que c’était un signe du destin… Justement, le lendemain matin, les Jeunes Ecologistes avaient rendez-vous avec Eva Joly pour un petit déjeuner / échange sur la campagne présidentielle. Au cours duquel j’ai eu l’occasion d’affirmer au cas où cela ne serait pas clair pour tout le monde que les Jeunes ayant soutenu Hulot ou Stoll dans la primaire avaient un objectif en tête: le meilleur score possible pour l’écologie en 2012. Et qu’il était donc hors de question qu’ils ne soient pas au côté de celle qui a été désignée la candidate de l’écologie pour l’occasion. Et que les quelques uns qui avaient encore besoin de ruminer / digérer quelques jours se dépêchaient de redevenir de bonne humeur🙂

Preuve de mon bon esprit, j’ai même ramené un énoooorme paquet de badges »pour moi c’est eva » à l’université ce matin là, pour que les groupes locaux des Jeunes Ecolos en aient. Et avec le sourire s’il vous plait🙂

Photo by François Soulabaille, qui a lui aussi beaucoup d'humour...

Jour 4 : L’anniversaire des Jeunes Ecolos (vendredi 19)

 


Puis est venu vendredi, et le lancement officiel de la campagne des Jeunes Ecolos pour 2012: « 2072: vois plus loin que le bout de ton mandat ». 12 propositions (non exhaustives) pour 2012, pour un monde meilleur en 2072. Beaucoup de retours positifs là dessus pendant les Journées d’été de la part de tout le monde. Et donc encore plus de motivation pour porter ces propositions durant la campagne présidentielle!

Nous avons d’ailleurs eu l’occasion, ce jour là, de débattre de ces propositions avec les Jeunes Socialistes et les Jeunes du Parti de Gauche, dans le cadre d’un atelier intitulé « les jeunes de gauche en 2012 ». Et réussi à dégager des combats communs à mener, sur lesquelles nous nous rencontrions totalement: l’égalité salariale homme/femme, les libertés numériques,  la dépénalisation du cannabis, etc.

Le soir, les Jeunes Ecologistes fêtaient leurs 10 ans. Et nous avons été nombreux à nous retrouver dans un bar du centre ville de Clermont (#ambiance) pour célébrer dignement cet anniversaire, avec nos adhérents mais aussi d’anciens Jeunes Verts, des alcologeeks toujours partants pour un petit verre mais aussi des fans venus partager un moment de convivialité et des militants écolos qui passaient par là et ont vite compris que c’était THE PLACE TO BE.

Par contre, le service, c’était pas ça. Parce que 200 personnes dans un bar dont les deux serveurs ont peur de se faire un claquage et donc ne servent pas plus d’une bière toutes les 5 minutes, bah forcément, ça fait beaucoup de queue…

Jour 5: l’instant norvégien #Gluttefruck (samedi 20)

Le samedi finalement, dernier jour des Journées d’été, l’heure était à la responsabilité collective et à la cohésion de groupe. Même Jean-Paul Besset été présent au premier rang !

Cette plénière de cloture, c’était « l’instant norvégien » (#GRUT). La salle émue a découvert Audun Lysbakken, ministre du gouvernement norvégien à seulement 33 ans. Et a qui on s’est mis d’accord à quelques unes pour lui accorder aussi la binationalité #Primaire2017…

Cette plénière, c’était l’aboutissement de la réconciliation post-primaire des écolos qui était essentielle avant la longue et difficile campagne qui nous attend. Tout le monde a été bon esprit. Tout le monde a été fairplay. Et les « Nicolas avec nous » scandés par la salle à l’appel d’Eva Joly ont je le sais mis du baume au coeur à beaucoup…

Même les coups de gueule de Dany étaient loins. Un peu comme à la fin des BD « Astérix », quand Assurancetourix est bailloné derrière un arbre pour ne pas gâcher la fête. Et bah voilà, Dany, c’est un peu notre assurancetourix à nous. Et ses déclarations relous de Clermont, c’était un peu comme les auvergnat « quand il y en a une, ça va. C’est lorsqu’il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes … ».

  • Commentaires fermés
  • Posted under Autre
%d blogueurs aiment cette page :