Skip to content

Le blog de Marine Tondelier

Ecologiste, élue d'opposition à Hénin-Beaumont et Conseillère Communautaire à la CAHC

Mardi 10 avril, Cécile Duflot et Eva Joly étaient donc en visite à Hénin-Beaumont, déplacement raconté en photo dans l’article précédent . Je souhaitais revenir plus précisément, dans ce billet, sur la conférence de presse que nous avons organisée à l’occasion (et histoire de se réchauffer), au Chanzy.

Lors de mon intervention, en introduction, et pour « dresser le tableau local » si particulier, j’ai eu l’occasion de mettre plusieurs choses au point, que je vous propose de retracer ici, parce que tout de même, ça a son importance, et que ça résume assez bien ma posture par rapport à l’actualité rocambolesque. En voici une tentative de retranscription, même si « seul le prononcé fait foi ».

 » En tant que co-animatrice du groupe local « Europe Ecologie Bassin Minier », je voulais tout d’abord souhaiter la bienvenue à Cécile et à Eva, et à les remercier chaleureusement, ainsi que vous toutes et tous, d’avoir fait le déplacement.

En tant qu’habitante d’Hénin-Beaumont, vous vous en doutez, j’ai quelques précisions à apporter quant à l’actualité locale.

Concernant les « affaires » du PS, je n’ai pas vocation à me prononcer sur le fond de l’affaire tant que le PS n’a pas rendu les conclusions de son enquête interne, et tant que la justice ne s’est pas prononcée. Par contre, cela ne m’empêche pas d’être exaspérée par les conséquences que cela a eu et continue d’avoir sur ma ville.

Exemple le plus récent : l’ouvrage Rose Mafia, même si j’ai appris à accorder bien peu de crédit aux dires de son auteur, notre ancien maire révoqué,  Monsieur Dallongeville, a des conséquences locales attristantes: la parole politique est une nouvelle fois discréditée, le territoire à nouveau stigmatisé, et la perspective d’une sérénité retrouvée s’éloigne.

Je comprends le désarroi des militants politiques et des élus locaux qui, malgré leurs convictions sincères, se retrouvent mis en porte à faux.

Je comprends également la colère. Je la comprends d’autant plus que je la ressens aussi moi-même parfois, au fur et à mesure des épisodes du psychodrame politique local.

Cela vous choquera peut-être, mais je comprends même le vote FN. Je le comprends, mais je ne m’y résous pas.

Merci, Eva, de me donner l’occasion d’expliquer pourquoi je n’accepte pas que ma ville soit présentée comme le fief de Marine Le Pen (au point que des gens que je rencontre et qui ne sont pas d’ici, me demandent parfois de leur confirmer qu’elle est bien maire d’Hénin-Beaumont!)

Marine Le Pen est arrivée dans le secteur il y a quelques années, par pur opportunisme. Soit. Ca arrive, et il y en a d’autres. Mais la pire des impostures, c’est la stratégie de communication mise en oeuvre depuis. C’est en fait une double imposture.

1. Sur le fond: Madame Le Pen se fait passer pour « plus sociale que la gauche », et ce en totale opposition avec les positions qu’elle adopte au conseil régional ou au Parlement Européen, où elle n’a déposé aucun amendement depuis 2004, alors qu’elle est membre de la commission « Emploi et affaires sociales », au coeur des préoccupations qu’elle prétend défendre.

2. Sur la forme : elle a démissionné en février 2011 de son poste de conseillère municipale, au nom de « l’efficacité politique », préférant siéger au parlement européen où elle bat tous les records d’absentéisme. (en janvier 2012, elle était dernière député européenne française et 373ème sur 376, toutes nationalités confondues, en taux de présence). Dans le même temps, elle justifiait auprès de la presse sa démission du conseil municipal  par « l’efficacité politique »:  « Où suis-je la plus efficace pour mon pays, pour mon mouvement et pour ma ville ? » Manifestement pas à Bruxelles, vu son absence de travail là-bas.

Je m’arrête là car je ne veux pas passer la matinée à parler de Marine Le Pen, et que je pense que vous avez compris le mesage.

Mais laissez moi, avant de conclure, exprimer quelques messages, cette fois ci en tant que candidate sur la 11ème circonscription du Pas-de-Calais aux prochaines législatives.

Marine Le Pen n’est pas une fatalité, et je ne me résignerai pas. Mais je ne me présente pas à Hénin-Beaumont juste pour le duel « marine contre marine ». Je me présente sur cette circonscription car ici, c’est chez moi. Et parce que c’est ce territoire que j’ai envie de transformer. Mon expérience des campagnes précédentes que j’ai menées sur le territoire (Municipales de 2009, Régianales de 2010 puis cantonales de 2011) m’ont confirmées que le bassin minier est un territoire plein d’avenir. Ses habitants sont pleins de ressources.

Et j’ai la chance (en même temps je l’ai choisi) de défendre un programme à l’opposé de la rhétorique de repli frontiste. Car nos propositions écologistes répondent aux trois préoccupations majeures des habitants.

1. L’emploi, avec la création possible d’un million d’emplois verts en 5 ans

2. Le logement, avec un programme majeur de rénovation et d’isolation, créateur d’emplois non délocalisables, bon pour la planète, et bon pour le pouvoir d’achat grâce aux économies permises, en terme de chauffage notamment

3. La santé, surtout dans un territoire comme le bassin minier qui concentre 13% des sites les plus pollués de France, et où l’on enregistre des taux de surmortalité allant jusque 67%, record national

Finalement, le défi de l’écologie à Hénin Beaumont, c’est celui de la gauche populaire. Il faut revenir aux racines de la gauche. Aux gens, tous simplement. Et ouvrir de nouveaux horizons pour le territoire.

En conclusion, vous l’aurez compris, je considère qu’Hénin Beaumont mérite  des élu-e-s respectueux-ses de la confiance que leur porte les électeurs-trices. Plus largement, la 11ème circonscription mérite mieux que d’incessantes rumeurs de corruption et l’utilisation sans vergogne d’Hénin-Beaumont comme appartement témoin du projet frontiste.

Pour toutes ces raisons, je ne me présente pas à cette élection pour faire figuration, mais bel et bien avec l’intention de me donner les moyens d’être la candidate de gauche la mieux placée au soir du 1er tour. »

Photo de famille prise à l'issue de la conférence de presse, avec Eva, Cécile et les candidats locaux aux législatives (Sandrine Rousseau à Valenciennes, Slimane Tir à Roubaix, et Jean-François Caron à Lens)

Étiquettes : , , , , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :