Des députés écolos à l’Assemblée!

ENFIN, et pour la première fois de ma vie, j’assiste à l’élection d’un président de gauche!

Comme la majorité des Français, j’ai espéré ce moment de toutes mes forces et  me réjouis de l’arrivée de François Hollande au pouvoir ! J’avais d’ailleurs, entre les deux tours, fait ma part du travail militant, sur le marché de Carvin le samedi matin, aux côtés de la caravane des Jeunes Socialistes et de mon très bon camarade de promo Thierry Marchal-Beck, le plus écolo des socialistes qui en a profité pour découvrir les frites du Pas-de-Calais (et les terrasses ensoleillées) 😉

Le soir du débat, j’étais également à la Bellevilloise, où se tenait la « Riposte Party » des socialistes: des centaines de bloggueurs et twittos rassemblés pour suivre ensemble « l’évènement de l’entre deux-tours » dans la joie et la bonne humeur…

… avec en prime des jeux très drôles comme le « bingo sarko », qui décrispait un peu notre écoute des interventions du président sortant en l’entrecoupant de fous rire car finalement, les clichés dont il nous a abreuvés pendant 10 ans sont toujours tellement attendus…

Bref, le 6 mai, j’ai voté François Hollande. Et je vous mets là photo, parce qu’il paraît que voter à Hénin-Beaumont, c’est devenu hyper tendance (#ThePlaceToBe)

Et le soir, j’étais avec les copains écolos à la Bastille pour fêter la victoire!

(et suis très contente d’avoir réussi à propager aux 20 personnes autour de moi – soit un mètre carré vu la densité place de la Bastille ce soir là –  LE slogan du quinquennat: « Nadine Morano 2017 »)

Et je suis également très contente d’avoir fait découvrir aux copains ce que c’est que le Nord-Pas-de-Calais, en sortant la friteuse et en organisant un atelier « épluchage de patates » à 4 heures du matin pour « marquer le coup » 😉

Bon, re-bref, pour revenir à mon propos, je suis très contente qu’Hollande soit notre nouveau Président de la République, mais mesure aussi l’ampleur de la tâche. Comme je l’ai expliqué à Nord Eclair ce soir là:  » l’alternance, c’est fait, mais pour une vraie alternative, nous attendons avec impatience les législatives, où enfin la pression du vote utile va céder la place au vote du coeur ». (lire l’article de la voix du nord)

Car oui, il nous faut des députés écolos! Et que j’estime que l’obtention d’un groupe écologiste à l’Assemblée nationale est un levier indispensable pour le vrai changement!

J’ai en effet la chance de travailler pour les Sénateurs et Ecologistes, et ai pu constater à quel point notre groupe écologiste, le premier de l’histoire parlementaire, – et paritaire qui plus est ! (5 hommes et 5 femmes) – est utile.

Notre groupe oeuvre à la recherche de l’intérêt général et à la protection du bien commun, aux antipodes des lobbies et des intérêts particuliers.

Nous plaidons pour que la délibération, la sobriété et l’éthique inspirent notre assemblée. Le rôle du politique est essentiel pour juguler les causes des crises sociale, économique, financière et environnementale qui frappent nos sociétés. C’est pourquoi nous nous sommes engagé-e-s à être des parlementaires responsables, assidus, actifs sur nos territoires et au sein de la société civile.

Au-delà de la visibilité politique et de l’indépendance, la création d’un groupe est une étape essentielle pour inscrire l’écologie politique dans le paysage institutionnel et peser sur le travail parlementaire.

Le/la Président/e d’un groupe politique siège à la Conférence des Présidents : il/elle participe à l’élaboration de l’ordre du jour de l’assemblée. Il/Elle peut faire inscrire l’examen de propositions de loi (écrites par les parlementaires du groupe) en séance. Il/Elle peut proposer des débats de contrôle de l’action du Gouvernement (nous avons choisi en février comme premier thème la biodiversité, c’était la première fois qu’un tel débat était organisé face à la Ministre de l’Ecologie). Il/Elle peut obtenir la constitution de commissions d’enquête (nous enquêtons actuellement sur le coût de l’électricité en France).

Si chaque parlementaire peut s’exprimer sur les articles et amender, le fait d’appartenir à un groupe donne de droit du temps de parole – corrélé à notre effectif – pendant la discussion générale de chaque loi. Nous participons également de droit aux questions d’actualité (nous avons interpellé les Ministres sur la situation en Grèce, sur les licenciements abusifs…).

Enfin, une large partie du travail du législateur s’effectue lors des réunions de commission (chaque parlementaire siège dans l’une des huit commissions : affaires étrangères, défense, affaires sociales, culture, économie, développement durable, lois, finances).  Et avec l’effectif d’un groupe, soit deux, trois, voire quatre députés par commission et des moyens pour embaucher des collaborateurs spécialisés sur chaque thématique, c’est d’autant plus d’expertise sur les sujets dont le Parlement est saisi. Ces moyens humains favorisent la nécessaire collaboration avec les eurodéputé-e-s et les sénatrices/teurs et permettent d’informer et d’assurer le dialogue avec les citoyens et la société civile.

Ainsi, grâce à votre voix écolo aux législatives, l’écologie politique pourrait manifester pleinement sa nouvelle approche – dans toute sa complexité et sa profondeur – des dossiers soumis au Parlement.

Alors les 10 et 17 juin prochains, changez d’air, votez Europe Ecologie Les Verts!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s