L’opposition municipale impliquée pour aider les urgences de la polyclinique

L’article précédent vous démontre à quel point l’atmosphère des Conseils Municipaux est, à Hénin-Beaumont, déplorable.

Le maire et ses adjoints passent leur temps à caricaturer une opposition « stérile et revancharde », comme s’ils ne connaissaient que deux adjectifs. La vérité, c’est que notre groupe d’opposition est au travail. Souhaite avoir les moyens de le faire correctement. Et que comme cela les dérange, la diffamation est devenu la principale arme du FN pour tenter de nous en dissuader.

C’est sans compter sur notre détermination, qui se renforce à chaque fois que le Front national nous attaque… Inutile de vous dire qu’après bientôt un an de mandat, elle commence à être bien consolidée 🙂

C’est donc bien armée que j’ai présenté, lundi soir, une motion d’urgence pour soutenir le service des urgences de la polyclinique d’Hénin-Beaumont, , en grève depuis le début de la semaine.

Pour m’être rendue sur place dimanche et m’être entretenue à la fois avec les gréviste, leur représentant syndical et la direction, je savais que le maximum était fait pour trouver des solutions, de part et d’autre. Tout le monde en convienait.

 Le dialogue était déjà bien engagé, autour des demandes des personnels, de trois ordres :

1. L’engagement d’une réflexion sur un meilleur accueil des patients, ce qui supposerait une adaptation de la structure ;

2. L’embauche d’une aide soignante de nuit supplémentaire

3. La création d’un poste d’agent de sécurité qui sécuriserait les personnels, les incidents se multipliant et la police, elle aussi en sous-effectifs, mettant parfois plusieurs heures à arriver sur place.

Alors que les négociations avançaient, la direction a accepté une expérimentation d’un mois du poste d’agent de sécurité. Mais la pérennisation de ce poste est financièrement impossible à ce stade.

C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité, avec mes collègues d’opposition, solliciter une aide de l’Agence régionale de santé pour pérenniser ce poste.

La Polyclinique est certes une structure privée. Ce n’est pas un hôpital public comme l’est par exemple l’hôpital Charlon. Mais quand la polyclinique assure le fonctionnement d’un service des urgences 24h/24 7j/7, qu’elle est la clef de voute de la permanence des soins sur notre territoire qui ressemble de plus en plus à un désert médical, elle prend sa part dans le service public hospitalier. C’est à ce titre que l’Agence régionale de santé est compétente pour aider au financement de ce poste.

C’est un enjeu de santé publique pour le territoire.
C’est un enjeu de sécurité pour les personnels et les patients.

Il est rassurant que la majorité municipale se soit montrée sensible à cette argumentation et aient accepté de voter cette motion à l’unanimité.

20150223 - Motion polyclinique

Motion polyclinique 2

Le lendemain, la grève était d’ailleurs levée, comme annoncé dans cet article de la Voix du Nord.

Article VDN fin grève polyclinique

 

C’est une excellente nouvelle pour les personnels comme pour les patients.

Il nous reste à écrire au directeur de l’Agence Régionale de Santé pour obtenir son aide financière et pouvoir renforcer à long terme la sécurité du service.

J’espère en tout cas que cet épisode aura prouvé que non, nous ne sommes pas une opposition « stérile et revancharde ». Mais une opposition qui propose. Une opposition qui agit. N’en déplaise au FN!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s