A Hénin-Beaumont, une jeune « guerrière » écolo face au Front national

Ce portrait a été écrit par l’Agence France Presse et a été diffusé par le Parisien, l’Express, etc.

A Hénin-Beaumont, une jeune « guerrière » écolo face au Front national

« Face au FN, il faut rester calme, le secret du guerrier c’est de durer », croit savoir Marine Tondelier. Cette jeune élue écologiste d’opposition à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), qui sort un livre-témoignage, ferraille avec pugnacité contre la mairie sous pavillon d’extrême droite.

La trentenaire, au débit rapide qui rappelle celui de Cécile Duflot, et comme elle membre d’EELV, est l’un des six élus d’opposition de cette ville devenue vitrine d’un FN « dédiabolisé », depuis l’élection de Steeve Briois à la mairie en 2014.
Mais, nombreux témoignages à l’appui, elle décrit dans « Nouvelles du front » (Les Liens qui libèrent) une municipalité pratiquant l’autoritarisme, l’intimidation, et usant parfois de méthodes insidieuses.
Au premier conseil municipal, en 2014, raconte-t-elle à l’AFP, « je me dis Si je ne me mets pas à l’eau maintenant, je vais être spectatrice tout le mandat. Quand on est écolo, on a cette culture du contre-pouvoir. Maintenant quand on me coupe le micro, je continue à parler, et ils disent Vous êtes malpolie, on n’a jamais vu ça… »
Depuis, elle continue d’aller au charbon dans cette ancienne ville minière de 26.000 habitants, où insultes et provocations fusent lors des conseils municipaux, dit-elle, et où les employés municipaux sont « mis au pas ».
« Il y a les chevaux de course et l’abattoir. Vous êtes les chevaux de course, les autres sont (pour) l’abattoir », s’entendent ainsi dire des cadres, selon le témoignage de l’un d’eux vite passé du côté de l’abattoir.
En février, en conseil municipal, elle demande « des excuses » pour son collègue, l’élu communiste David Noël « qui avait été traité de petit nazi au dernier conseil municipal ». « Vous êtes une menteuse et une manipulatrice », « arrêtez de hurler, soyez zen, buvez de l’eau, prenez un Lexomil », lui lanceront des élus FN.
Marine Tondelier « a beaucoup de courage et d’énergie, elle a du répondant et une certaine inventivité, modernité », loue David Noël.
« Elle avait été l’une des premières à réagir lorsque le FN nous a privés de notre local », se souvient Alain Pruvot, ex-président de la section héninoise de la Ligue des droits de l’Homme. « Elle est toujours restée droit dans ses bottes et ce n’est pas facile face au FN ».
Interrogé, Bruno Bilde, adjoint FN aux Affaires générales et à la communication, largement cité dans le livre, a sèchement décliné tout commentaire.

Une bonne « tiote »

Bien que collaboratrice parlementaire de Cécile Duflot et pacsée à un conseiller municipal (d’opposition) de Seine-Saint-Denis, Marine Tondelier entend tirer sa légitimité d’opposante de son enracinement local: elle est issue de grands-parents agriculteurs et pharmaciens, de mère dentiste et de père homéopathe, tous d’Hénin-Beaumont.
« Leur adversaire idéal, au FN, c’est un vieux baron socialiste cumulard qui a trempé dans des magouilles. Quand c’est une jeune écolo du coin qui a des idées nouvelles, plutôt sympa, pas parachutée, ils ont moins de prise, donc ils inventent des trucs, disent que je suis une bobo parisienne », explique-t-elle.
« Moi je suis mobile, tout terrain. Ce matin au marché je connaissais une personne tous les dix mètres », se félicite l’élue, le visage animé par de grands yeux et une large bouche.

La plupart des habitants interrogés la connaissent en effet. « Ca a l’air d’être une bonne tiote (petite, en langage ch’ti, ndlr) mais c’est une grande adversaire à Steeve (Briois, le maire), qui est un copain », glisse Catherine, 53 ans. Elodie, 29 ans, regrette pour sa part qu’elle veuille « aider les étrangers ».
Marine Tondelier en est bien consciente: l’édile est populaire, grâce à une gestion rigoureuse des finances, à l’accent mis sur les fêtes, la sécurité et la réfection des routes. « On les aura pas en étant revanchards, en dénonçant leur amateurisme », reconnaît-elle.
Qu’on lui demande si elle se voit un jour maire et la militante instinctive cède un moment place à la femme politique: « Je ne rêve pas d’être maire, mon objectif c’est de battre collectivement le FN… Si c’est autour de moi que ça doit se faire — et ça me fait un peu peur parce que je sais ce que ça coûte — je n’aurai pas de problème à me sacrifier. »
« En tout cas », conclut-elle dans un sourire, les responsables frontistes, elle « ne les voit pas maires toute (sa) vie ».

2 réflexions sur “A Hénin-Beaumont, une jeune « guerrière » écolo face au Front national

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s