Skip to content

Le blog de Marine Tondelier

Elue écologiste dans l'opposition à Hénin-Beaumont / Tête de liste EELV pour les élections régionales dans le département du Pas-de-Calais

Category Archives: Autre

Nous célébrons aujourd’hui un armistice bientôt centenaire, celui du premier conflit mondial. Nous nous souvenons d’un conflit meurtrier, qui a laissé sur nos territoires des cicatrices encore bien visibles, comme autant de rappels.

Dans toute période de trouble, il est bon de se souvenir. Se souvenir de ce pour quoi il faut se battre : une société apaisée, la justice sociale, le bien-être de tous. Se souvenir de quelle façon le faire : à travers les idées, le débat, l’échange, qui doivent nous enrichir, et non pas nous enfermer.

CTipCueWoAAlxY2

Cet après midi à l’anneau de la mémoire de Lorette avec Sandrine Rousseau et les candidat-e-s du Rassemblement

Ce que nous célébrons aujourd’hui c’est la paix. Nous refusons de laisser glisser ce 11 novembre dans le repli identitaire. Jean Jaurès l’avait dit, si les hommes se laissent entraîner par leurs passions nationalistes, irrédentistes, c’est l’éternel retour à la guerre. Il fut assassiné pour avoir dénoncé et lutté de toutes ses forces contre cette barbarie.

Il est plus que jamais de notre responsabilité de développer une mémoire ouverte, pas uniquement une mémoire des conflits, pour que ceux-ci ne se répètent jamais. Les commémorations du 11 novembre nous rappellent la catastrophe humaine que fut la Première guerre mondiale, mais nous permettent aussi d’avancer vers un monde pacifié.

La paix n’est pas qu’un symbole mais un but permanent. C’est le fruit du partage et de la coopération, plutôt que de l’accaparement des richesses et la compétition.

Il faut regarder le conflit droit dans les yeux et dénoncer les atrocités commises, pour pouvoir avancer sereinement. C’est ainsi que les élus écologistes du Conseil régional de Picardie ont souhaité réhabiliter collectivement les « fusillés pour l’exemple » de la Première Guerre mondiale. Leur motion « Pour une réhabilitation collective des « fusillés pour l’exemple » de la Première Guerre mondiale » a été votée par l’ensemble des groupes de la majorité régionale en décembre 2014. Seul le FN s’est abstenu.

La commémoration de 1914-1918 donne lieu à nombre d’hommages qui doivent s’adresser à la totalité des victimes. Ce sont en effet 639 soldats français qui furent « fusillés pour l’exemple », au terme de conseils de guerre des plus arbitraires, pour avoir refusé de prendre part aux combats, parce qu’ils étaient parvenus aux limites de leur endurance physique et morale face à un tel massacre ou parce que leur conscience ou leurs valeurs humanistes le leur dictait. Seuls 42 de ces fusillés ont été réhabilités à ce jour. C’est une réhabilitation de l’ensemble de ces victimes de guerre qu’il faut aujourd’hui.

12227657_10153653291346280_2047444290264120476_n

C’est à François Hollande qu’il appartient de réhabiliter ces hommes, dont la mémoire a été injustement salie. Une étude doit être menée afin de recenser les fusillés pour l’exemple en Nord Pas de Calais – Picardie et de construire à terme un mémorial à leur honneur, dont nous proposerons l’inauguration au Président de la République.

Toutes proportions gardées et bien que ne représentant qu’une partie mineure des fusillés, les mutins de la Première Guerre mondiale nous rappellent aussi que la désobéissance civile aux ordres les plus cruels est un devoir de citoyen. Quand l’État envoie aujourd’hui en France les forces de l’ordre pour expulser des sans-papiers ou déloger des familles Roms, face à la barbarie de nos sociétés actuelles, à une spéculation effrénée pour le profit de quelques-uns, à la multiplication des plans sociaux, n’oublions pas le message des mutins : « crosse en l’air » quand cela devient insupportable.

La Grande guerre, c’est aussi le déchaînement des barbaries, notamment dans les territoires occupés. L’occupation en France pendant la Première Guerre mondiale est quasi inexistante dans les manuels ; les exactions étaient pourtant légion. Travail forcé, pénuries alimentaires, violences quotidiennes, déportation des jeunes filles et des jeunes femmes de Lille, exécutions sommaires, etc. Il faut aujourd’hui rendre hommage à ces oubliés de la Grande guerre. Citons Léon Trulin, adolescent résistant, fusillé pour espionnage à tout juste 17 ans. Sa vie, écourtée sans jugement par les troupes allemandes, doit nous servir d’exemple et nous encourager à lutter à chaque instant contre la barbarie.

Ces victimes encore trop souvent tues, celles de l’arrière, sont aussi des femmes, de Louise de Bettignies, espionne amandinoise morte en Allemagne, à Angèle Lecat, fusillée à Rumegies pour avoir hébergé des soldats anglais évadés. Des femmes engagées dans le conflit, devenues des symboles d’une dynamique nouvelle. A l’arrière, les femmes ont pour la première fois pu s’émanciper. Si le mouvement féministe était évidemment antérieur, le début de la guerre en 1914 a permis aux femmes de sortir de leur foyer, de leur prison, leur obscurité. Elles participent pleinement à l’effort de guerre : « partout où l’homme se bat, partout où l’homme souffre, partout où l’homme travaille, partout où son absence réclame une présence, la femme se lève dans l’ombre du guerrier » (Marthe Dupy).

Les femmes ont prouvé qu’elles étaient les égales des hommes. Hors des frontières françaises, les revendications féministes se font également entendre durant la Première Guerre mondiale. Dans les pays anglo-saxons, les mouvements de Suffragettes ont permis l’obtention progressive du droit de vote pour les femmes. Il est important de rendre aussi hommage à ces combattantes là.

Il est important aussi de prendre conscience des plaies non refermées. A ce titre, les effets de cette guerre se ressentent toujours dans nos sols : il n’y a pas d’armistice pour les déchets de guerre.

Les munitions de la Première Guerre mondiale présentes dans le sol de notre région Nord Pas de Calais – Picardie depuis un siècle fondent en polluant nos sols, nos nappes phréatiques, et constituent un danger pour la santé des habitants. Les sels de perchlorates, abondamment utilisés en tant qu’explosifs dans les obus, sont les principaux polluants. Plusieurs arrêtés de restriction de consommation de l’eau du robinet pour les nourrissons de moins de six mois et les femmes enceintes ont été déclarés.

12241225_10153653292416280_6429937807822970664_n

Les effets sur la santé sont conséquents : hyperthyroïdie, problèmes de croissance ou de développement neurologique chez le nourrisson, etc. La répartition des teneurs en perchlorate est directement liée aux lignes de front des combats entre les forces de la triple-entente et l’armée allemande. Les teneurs les plus élevées sont observées autour de Lens, Arras et Douai. Ce sont 500 à 800 tonnes de munitions anciennes qui sont découvertes, neutralisées ou entreposées chaque année sur le territoire français, avant tout dans le Nord et dans l’Est. Il faut mettre en place un plan de déminage d’envergure sur des décennies pour finalement débarrasser notre territoire du danger représenté par les millions d’obus.

Les États entrent facilement en guerre, il est plus difficile d’en sortir. Cette journée de commémoration doit nous rappeler que la paix est un combat nécessaire plus difficile à mener encore.

Sandrine Rousseau
Candidate du Rassemblement « Choisir une région citoyenne, écologique et solidaire »

Les têtes de listes départementales du Rassemblement :
Dominique Jourdain pour l’Aisne
Laurent Matejko pour le Nord
Marie-Laure Darrigade pour l’Oise
Marine Tondelier pour le Pas-de-Calais
Dominique Théo pour la Somme

Thierry Brochot, Conseiller régional de Picardie

Balises : , , ,

« Je ne tolèrerai aucun débordement de l’opposition » a déclaré hier après-midi Steeve Briois en ouverture du Conseil Municipal. Curieuse entrée en matière, ciblant l’opposition en faisant comme si la majorité municipale vivait, elle, au dessus des lois et du règlement intérieur.

Car ce Conseil Municipal animé par le Maire-Secrétaire général honoraire du FN et son adjoint Bruno Bilde qui est par ailleurs le directeur de campagne officiel de Marine le Pen pour les élections régionales, avait en réalité tout d’un meeting du Front national….

Un meeting du Front national organisé aux frais du contribuable !

Avec tout d’abord une salle configurée pour mettre une pression maximale sur l’opposition et un public blindé d’adhérents FN de la Région.

Comme vous pouvez le voir sur la photo de la Voix du Nord ci-dessous, la configuration de la salle a en effet, pour la 3ème fois depuis le début du mandat, été modifiée.

Photo La Voix du Nord

Le but recherché ? La pression psychologique. Les 6 élus de l’opposition sont en effet dorénavant quasiment assis sur les genoux du premier rang du public, qui peut lire tout ce que nous écrivons et entendre tout ce que nous nous disons (remarquez ça doit être intéressant…).

Premier rang au casting d’ailleurs bien travaillé, comme dans les meetings politiques. Sur la photo ci-dessous, vous apercevrez par exemple le cliché d’un adhérent Front national, qui a passé la séance à nous crier « tais toi » dès que nous parlions, entre autres mots plus fleuris dont la contraction « socialope » que j’ai eu la joie de découvrir.

CQFoi-LWsAAdwHC

Plusieurs altercations ont éclaté avec lui sans que le maire n’intervienne. Le militant en question, vers la fin du Conseil, nous expliquera fièrement en brandissant son pin’s que lui aussi est élu : à Outreau. Décidément, le fan club de Steeve aura fait le déplacement de bien loin en ce mois de septembre 2015 pour faire la claque !

Surement parce que les appels désespérés du maire aux habitants d’Hénin-Beaumont à venir assister au Conseil, diffusés sur Facebook à grand renfort de lien sponsorisés, ne suffisent plus à remplir la salle tant les habitants sont lassés du cirque en lequel il a transformé cette instance républicaine.

Avec également un carton d’invitation envoyé tardivement à l’opposition

Comprenez vous, il fallait éviter à tout prix, dans l’esprit de la majorité organisatrice de meeting, que l’opposition vienne gâcher la fête.

Petite manipulation dont sont coutumiers les maires les plus autoritaires de France, le Conseil municipal est donc désormais organisé en journée et non plus après le travail, comme c’était le cas depuis des années.

Cela doit simplifier la petite virée des adhérents Front national qui – les pauvres – ont parfois des dizaines de kilomètres à faire pour être parmi nous – j’espère qu’ils co-voiturent. C’est également un moyen de (tenter de) déstabiliser l’opposition qui ne découvre tout cela qu’à la réception des convocations… 4 jours seulement avant le jour J. Et doit donc s’organiser professionnelement en urgence pour se libérer. Ma collègue Sandrine Rogé qui s’occupe en journée d’un jeune autiste en a été dans l’incapacité. Ainsi que David Noël qui était en cours puis enchaînait avec une réunion parents-prof, et ne nous a donc rejoints que plus tard dans la soirée.

Cette manipulation vous choque ? Elle ne nous étonne en fait même plus.

Déjà la semaine dernière, Sandrine Rogé et moi avions reçu la veille pour le lendemain un recommandé nous convoquant à une commission « urbanisme », à l’ordre du jour de laquelle étaient inscrites 21 délibérations dont certains gros dossiers (antennes-relais, éoliennes) sur lesquelles je reviendrai ci-dessous. Surement un moyen de nous empêcher de préparer sérieusement ces réunions et de poser les questions qui fâchent. Pari réussi puisque nous n’avons pu parvenir à nous libérer dans un timing aussi serré.

Avec un déroulé (presque) parfait

Bien sûr, il fallait que le maire-régisseur du meeting maîtrise son timing. Et donc soigne son entrée avec une motion « Hénin-Beaumont plage » qui sera l’occasion de traiter de problèmes graves pour la nation telles que la couleur de mon short (vous ne me croyez pas? extrait de la motion en question ci-dessous).

CQE5vZuXAAA6LXl

Mais soigne également sa sortie avec une motion provocatrice sur les migrants sur laquelle le débat fut nauséabond, sous les applaudissements nouris de la salle et notamment sur les bancs de la section FN d’Outreau, particulièrement en forme, en photo plus haut. Y seront amenés des arguments plus populistes les uns que les autres à base de « préférence étrangère » et de  « l’Etat nous demande de loger des clandestins et de laisser les héninois dans le mal logement » (mal logement dont vous noterez qu’il existait bien avant les réfugiés).

L’enregistrement sonore ci-dessous l’atteste: ces 25 minutes abjectes furent le clou du meeting Front national payé avec l’argent du contribuable, le public n’hésitant carrément pas à faire une ovation à l’adjointe aux affaires sociales qui présentait la motion ou encore à nous huer, le maire faisant quant à lui mollement mine de leur demander de se calmer.

Irrécupérable sur le fond (cela en devient décourageant), la majorité municipale sera toutefois mise en difficulté, confrontée au fait que l’un de ses adjoint occupe de manière peu éthique un logement social, qui pourrait servir à accueillir plusieurs réfugiés syriens, alors même que la France s’est engagée à en accueillir 24000, soit même pas un par ville. La tentative de justification d’Aurélia Beigneux (« il y a des barèmes pour les logements sociaux ») vaudra confirmation de cette information que nous cherchions à vérifier. Cet adjoint qui cumule son indemnité avec plusieurs autres revenus paie en effet surement plus cher que les précaires son loyer « modéré », mais occupe un logement social qui pourrait bénéficier aux nombreux habitants d’Hénin-Beaumont qui piétinent sur une liste d’attente à n’en plus finir.

Mais non, le FN préfère les placer dans une concurrence stigmatisante avec … les réfugiés syriens qui fuient la guerre au péril de leur vie. Décidément, on aura tout vu et tout entendu dans cette ville.

Avec ensuite un ordre du jour décrété par le maire en infraction avec la réglementation.

Pour que le plan se déroule comme prévu, hors de question que des troubles fêtes (l’opposition municipale en l’occurence) vienne faire irruption dans un déroulé préparé au cordeau, en usant par exemple de son droit de poser des questions orales en Conseil Municipal. Selon la loi et notre règlement intérieur, ces dernières doivent en effet être déposées deux jours à l’avance par écrit auprès du maire et sont inscrites de droit à l’ordre du jour.

Deux questions avaient été déposées au Conseil du 22 juin que le maire avait déjà repousées – prétextant le piratage de la boite mail de Bruno Bilde. Elles avaient été immédiatement redéposées par un mail envoyé sur la boite steeve.briois@mairie-heninbeaumont.fr qui aux dernières informations n’a pas subi de piratage entre temps. Le maire a refusé de les mettre à l’ordre du jour. Surement que leur sujet le rendait un peu fébrile (l’envoi de la police municipal pour me sommer d’arrêter de diffuser des tracts « sans l’autorisation du maire » – du jamais vu – pour la première, et les graves dérapages de l’édile lors du Conseil municipal du printemps pour la seconde – pour mémoire, il avait hurlé que nous « votions comme des handicapés »).

Vendredi, et ce dans le respect du délai légal, mon collègue David Noël et moi même avond donc déposé deux questions orales. Envoyées par mail à Steeve Briois, à son directeur des affaires juridiques et à Bruno Bilde. Quel n’a pas été mon étonnement de ne recevoir aucun accusé de réception, et de découvrir en appelant le directeur de service une heure avant le Conseil par acquis de conscience qu’aucune d’entre elles n’avait été inscrite à l’ordre du jour!

J’ai immédiatement appelé Bruno Bilde qui, se livrant à une véritable crise d’hystérie, a brutalement raccroché en criant qu’il ne parlait pas aux élus de notre groupe. Mais qui n’a pas nié avoir bien reçu les dites questions.

Lors du Conseil, le maire se réfugiera derrière des explications fallacieuses dont je vois mal comment elles convaincraient un juge administratif : les questions et motions voyez vous doivent être déposées sur papier et non plus par mail. Exigence qui ne figure nulle part dans notre règlement intérieur (qui précise simplement « par écrit ») et qui fait donc clairement obstacle aux droits de l’opposition dans cette ville.

Ecoutez l’extrait ci-dessous, le maire y est formel: « l’ordre du jour, c’est MOI qui le fixe »

Avec enfin du pain et des jeux pour garantir le spectacle

Outre les pots que le maire et son équipe offrent à la fin du Conseil au public, c’est à dire à leurs adhérents de la région venus au spectacle (vous imaginez bien que vu l’ambiance ce jour là cette petite sauterie s’adresse à leurs électeurs et que personne d’autre n’aurait envie d’y rester), il faut que le déplacement en vaille la chandelle pour le public. Alors il faut du divertissement !

Le Front national organise donc de véritables numéros de cirque. Chaque fois sous un format différent. Cette fois-ci, ils s’étaient concertés pour se livrer  à chaque prise de parole de mon collègue socialiste Stéphane Filipovich à une mise en scène savamment orchestrée, l’un prenant la pause en regardant ses photos de vacances, l’autre sortant ses gâteaux, chacun se levant pour sortir ou aller discuter avec ses collègues à l’autre bout de la salle dans un brouhaha bien travaillé et sous les rires cyniques du public.

En plus de cette pièce de théâtre absurde et non conforme à ce que chacun peut attendre d’un conseil municipal, le Front national sélectionne soigneusement quelques délibérations provocatrices pour tenter de démontrer sa poigne envers l’opposition devant son fan club.
Au programme par exemple hier : une délibération visant à réduire le nombre de signes de la tribune municipale des élus d’opposition.

Je vous laisse découvrir par vous même le débat ubuesque. Dans lequel Bruno Bilde nous explique que le fait que le nombre de signe qu’il nous attribue pour notre tribune évolue au gré de son humeur est conforme à l’article 2 de notre règlement intérieur… Mais modifie tout de même le règlement intérieur « même s’il n’a pas besoin d’être modifié parce qu’il est très clair ».

Un débat qui sera notamment l’occasion pour nous de revenir sur le journal de propagande municipale, qui à chaque édition nous réserve une nouvelle démonstration de mauvaise fois et de manipulation. Dernier exemple en date téléchargeable ici.

Avec comme florilège d’ineptie la page 12 qui explique que mon collègue socialiste Stéphane Filipovitch « a un parfum d’années 30, de ce que l’extrême droite radicale est capable de pire » (pendant ce temps là, le Front national affiche tranquillement un buste de Jean Jaurès dans le bureau du maire d’Hénin, #ToutEstNormal). Mais aussi la dernière page qui précise sans que cela n’ait d’ailleurs aucun sens que « l’opposition reste inexistante en dehors de ses outrances et de ses injures comme en témoigne la campagne médiatique de Marine Tondelier tout l’été auprès des Roms et des migrants ».

Sans oublier la page 13 où sous le titre très mesuré de « jusqu’où l’opposition ira dans l’ignominie et la haine » gravé en lettres de sangs, un tissus de mensonge accable les membres de l’opposition présentés en photo comme des suspects en cavale.

IMG_6848

Exemple pour ma pomme: il y est question de la cérémonie du 14 juillet en expliquant que je m’y serais « livrée à une véritable crise d’hystérie et d’agressions verbales ». Le hic? Cette cérémonie s’est déroulée impeccablement (les anciens combattants, y compris ceux qui ne sont pas souvent d’accord avec moi, m’ont d’ailleurs remerciée de ma présence républicaine et de la sage fleur de mon jardin que j’avais pu déposer à l’issue de la cérémonie).

IMG_6210

Bref, l’auteur de ce torchon a dû (intentionnellement?) confondre avec l’apocalyptique cérémonie du 8 mai au cours de laquelle Bruno Bilde, furax de la gerbe que j’avais apportée pour la déposer à l’issue de la cérémonie, avait tenté de faire refermer sur moi la grille du cimetière avant de se livrer à une nouvelle crise d’hystérie devant le monument de Beaumont, nous prenant violemment à partie puis procédant à un ridicule reportage photo digne de NCIS police scientifique sur ma gerbe aux couleurs des verts qui sera par la suite et sans que cela ne fasse sens qualifiée de « gerbe socialiste » par la propagande municipale.

FullSizeRender-9

Pour en revenir sur le règlement intérieur, notez par ailleurs – nous avons pu en débattre au détour d’une délibération sur la dématérialisation du contrôle de légalité – que le maire d’Hénin-Beaumont refuse également d’en appliquer la disposition (adoptée à l’initiative d’un amendement que j’avais présenté en septembre 2014 et qui avait été adopté à l’unanimité) qui prévoit l’envoi numérique des délibérations examinées au Conseil Municipal aux conseillers qui en feraient la demande.

Le débat ci-dessous en témoigne.

Et pendant ce temps là: essayer de rester concentrés sur le fond!

Vous l’imaginez, ce genre de soirée n’est pas une partie de plaisir. Je salue d’ailleurs les quelques personnes « non Front national » et simples citoyennes d’Henin-Beaumont qui continuent malgré tout à avoir le courage de participer aux Conseils municipaux et à subir trop souvent les agressions verbales de leurs voisins. Car dans la salle aussi le match est éprouvant, et les commentaires insupportables.

C’est pour eux que nous nous battons et continuerons de nous battre pour que cette ville retrouve sa sérénité et son image ternie par l’instrumentalisation FN.

Aussi avons nous mis un point d’honneur à mener pied à pied – et quels que soient l’énergie mise par le maire pour nous en détourner –  le débat sur le FOND des dossiers.

Vous trouverez par exemple ci-dessous mes interventions sur des sujets qui je pense sont essentiels pour nos concitoyens – bien plus que les obsessions du maire pour mes shorts et le nombre de cacahuètes que je peux manger par semaine (pour mémoire pour ceux qui ont raté cet épisode).

A propos de la vidéosurveillance

Une délibération sur la vidéosurveillance était tout d’abord programmée, qui m’a donné l’occasion d’expliquer à nouveau pourquoi l’argent de nos impôts mis dans ce gadget aurait pour moi été largement plus efficace en étant investi dans les effectifs de la police municipale, qui fait un travail de terrain salutaire. C’est bien d’humains dont nous avons besoin!

Le maire et son adjoint feront tout dans leurs réponses pour noyer le poisson avec des arguments massue populistes (« une vie n’a pas de prix »), etc, sans ne jamais répondre à cette question précise.

A propos de l’implantation d’éoliennes

Nous avons également eu hier soir à délibérer sur un projet d’implantation d’éoliennes à Douilly dans la Somme. Pourquoi? Parce que suite à un don, Hénin-Beaumont possède du foncier dans cette ville. Ce qui lui permettra d’empocher une coquette redevance suite à l’installation de quelques éoliennes à proximité.

Belle hypocrisie du Front national qui a toujours fustigé ce genre d’installations qui – je cite – « massacrent le paysage » avec la complicité des « terroristes verts ». Ces propos vous paraissent exagérés de ma part? Et pourtant ils ont bien été dits et écrits par Marine le Pen, avec d’autres perles dont vous trouverez un florilège ci-dessous.

Ainsi que mon intervention qui – malgré leurs tentatives pour me couper – invite les élus Front national à se mettre en cohérence avec leur tête de liste et leur President de groupe picard en rejetant leur propre délibération (en fait avec le FN, que l’on parle de gens du voyage ou d’éoliennes c’est toujours le même combat: pas chez moi mais ok chez les autres, surtout si ça me ramène un peu d’argent!)

Communiqué de Marine Le Pen en mai 2010, à propos d’un projet éolien en Picardie: « Marine le Pen, partisan d’une écologie réfléchie, appelle tous les députés qui sont attachés à la préservation de nos paysages à refuser ce nouveau recul et à prendre leur courage à deux mains pour s’opposer au totalitarisme vert. »

Marine Le Pen au Salon de l’agriculture en 2011 : « Je suis contre les éoliennes, c’est immonde et ça ne marche pas ».

CQFiPv9W8AEGWvc

A propos de l’installation d’une n-ieme antenne-relais

J’ai par ailleurs eu l’occasion d’intervenir au sujet de la délibération concernant l’installation sur notre territoire d’une nouvelle antenne relai (sur le Château d’Eau).

Outre le fait qu’il est regrettable que le délai irrégulier d’envoi des dossiers de commission ne nous ait pas permis de poser nos questions plus tôt, je suis assez préoccupée du fait:

> Que montant de la redevance négocié par Hénin-Beaumont pour cette implantation (4 070€ l’année) est tout simplement ridicule. Et que ce contrat a donc été très mal négocié: Free est en retard sur son implantation d’antennes et aurait très certainement été prêt à mettre beaucoup plus si cela leur avait été imposé.

> Les plans d’habitations alentour n’ont pas été fournis au dossier. Et il est donc impossible d’apprécier la distance entre le château d’eau et les premiers riverains.

> L’opérateur n’a pas fourni d’estimation de champs électromagnétique que rayonneront ses installations alors que cela se fait partout désormais sauf dans les communes trop peu soucieuses de la santé publique pour l’exiger…

> Certains scientifiques s’inquiètent de l’incidence des champs électromagnétiques produits par les antennes-relais sur l’eau qui sera consommée ensuite sur le territoire lorsque des installations sont présentes sur des châteaux d’eau… ce qui est le cas ici.

Vous trouverez ci-dessous des extraits du débat. Je vous laisse apprécier la connaissance du dossier par Steeve Briois – pourtant député européen – qui ne sait même pas que les parlementaires européens sont concernés par la réglementation en la matière.

A propos du RER Lille-Hénin

J’ai également pu insister sur l’importance, alors que la municipalité envisage d’investir dans le quartier de la gare, de prendre en compte le projet de RER Lille-Hénin défendu par le président de région Daniel Percheron soutenu par Steeve Briois, et de nous battre pour que celui-ci ne menace pas la pérennité de notre gare de centre ville.

Heureusement que nous avons réussi à mener aussi des débats sur le fond pendant que le FN lui portait des motions provocatrices pour nous en détourner.

J’espère que cet article ne vous aura pas entièrement dégoûté de la politique et du débat public. Et qu’il vous aura montré les petites stratégies pernicieuses d’un Front national qui n’a de dédiabolisé que le nom.

Je vous souhaite à toutes et tous, et quelles que soient vos affinités, une belle campagne régionale… qui nous évite en décembre de retrouver ce genre de pratiques au Conseil Régional Nord-pas-de-Calais Picardie.

L’article précédent vous démontre à quel point l’atmosphère des Conseils Municipaux est, à Hénin-Beaumont, déplorable.

Le maire et ses adjoints passent leur temps à caricaturer une opposition « stérile et revancharde », comme s’ils ne connaissaient que deux adjectifs. La vérité, c’est que notre groupe d’opposition est au travail. Souhaite avoir les moyens de le faire correctement. Et que comme cela les dérange, la diffamation est devenu la principale arme du FN pour tenter de nous en dissuader.

C’est sans compter sur notre détermination, qui se renforce à chaque fois que le Front national nous attaque… Inutile de vous dire qu’après bientôt un an de mandat, elle commence à être bien consolidée :)

C’est donc bien armée que j’ai présenté, lundi soir, une motion d’urgence pour soutenir le service des urgences de la polyclinique d’Hénin-Beaumont, , en grève depuis le début de la semaine.

Pour m’être rendue sur place dimanche et m’être entretenue à la fois avec les gréviste, leur représentant syndical et la direction, je savais que le maximum était fait pour trouver des solutions, de part et d’autre. Tout le monde en convienait.

 Le dialogue était déjà bien engagé, autour des demandes des personnels, de trois ordres :

1. L’engagement d’une réflexion sur un meilleur accueil des patients, ce qui supposerait une adaptation de la structure ;

2. L’embauche d’une aide soignante de nuit supplémentaire

3. La création d’un poste d’agent de sécurité qui sécuriserait les personnels, les incidents se multipliant et la police, elle aussi en sous-effectifs, mettant parfois plusieurs heures à arriver sur place.

Alors que les négociations avançaient, la direction a accepté une expérimentation d’un mois du poste d’agent de sécurité. Mais la pérennisation de ce poste est financièrement impossible à ce stade.

C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité, avec mes collègues d’opposition, solliciter une aide de l’Agence régionale de santé pour pérenniser ce poste.

La Polyclinique est certes une structure privée. Ce n’est pas un hôpital public comme l’est par exemple l’hôpital Charlon. Mais quand la polyclinique assure le fonctionnement d’un service des urgences 24h/24 7j/7, qu’elle est la clef de voute de la permanence des soins sur notre territoire qui ressemble de plus en plus à un désert médical, elle prend sa part dans le service public hospitalier. C’est à ce titre que l’Agence régionale de santé est compétente pour aider au financement de ce poste.

C’est un enjeu de santé publique pour le territoire.
C’est un enjeu de sécurité pour les personnels et les patients.

Il est rassurant que la majorité municipale se soit montrée sensible à cette argumentation et aient accepté de voter cette motion à l’unanimité.

20150223 - Motion polyclinique

Motion polyclinique 2

Le lendemain, la grève était d’ailleurs levée, comme annoncé dans cet article de la Voix du Nord.

Article VDN fin grève polyclinique

 

C’est une excellente nouvelle pour les personnels comme pour les patients.

Il nous reste à écrire au directeur de l’Agence Régionale de Santé pour obtenir son aide financière et pouvoir renforcer à long terme la sécurité du service.

J’espère en tout cas que cet épisode aura prouvé que non, nous ne sommes pas une opposition « stérile et revancharde ». Mais une opposition qui propose. Une opposition qui agit. N’en déplaise au FN!

Comme vous avez pu le lire dans la Voix du Nord, on ne peut pas dire que le Conseil municipal de lundi soir se soit bien passé…

11021194_10153067232361280_42719644075823439_n

Le motif d’une telle haine de la majorité?

Une opposition qui joue son rôle… d’opposition;

Une opposition qui fait respecter ses droits et ceux des Héninois-e-s et des Beaumontois-e-s;

Une opposition qui travaille sur le fond quand le maire passe son temps à la qualifier de « stérile et revancharde », évidement pour masquer sa propre fébrilité;

Est-ce digne d’un élu de l’année de me couper dès le début du Conseil municipal plus de 12 fois en trois minutes alors que j’interviens juste, au moment du vote du compte-rendu de la séance précédente, pour rappeler qu’en toute illégalité il ne nous a toujours pas octroyé un local?

Est-ce digne d’un élu de l’année de me singer et de pouffer à chaque fois qu’une de mes interventions le dérange (c’est à dire souvent)?

Est-ce digne d’un élu de l’année de laisser l’un de ses adjoints s’exciter à un tel point que l’opposition doive demander une interruption de séance pour le laisser se calmer?

Est-ce digne d’un élu de l’année de clairement favoriser, dans sa manière de conduire les débat, Bruno Bilde qui a le droit d’intervenir autant qu’il veut (quasiment sur toutes les délibérations) et de multiplier les digressions (et les agressions) alors que les élus d’opposition se font couper la parole et le micro dès que ce qu’ils disent ne convient plus au maire?

Est-ce digne d’un élu de l’année de sombrer avec sa majorité dans l’invective, allant même jusqu’à déclarer que mon collègue David Noel « n’a pas le slip propre »? (#Classe)

Vraiment, tout cela est très décevant et indigne des habitants d’Hénin-Beaumont qui, après toutes ces années, mériteraient bien un peu de répit et des élus qui se concentrent sur le fond.

Parlons-en, justement, du fond!

Bruno Bilde s’est excité à plusieurs reprise pour expliquer que l’ « opposition ne s’intéresse qu’à chipoter sur les points et les virgules ». Outre que cela souligne son mépris pour notre travail d’élu-e-s, que rappelons-le nous faisons bénévolement et en plus de nos activités professionnelles, cela est faux.

Car tout au long du Conseil Municipal, mes collègues et mois sommes intervenus pour parler du quotidien des habitants. Surement le maire était-il trop occupé à faire le guignol pendant nos prises de parole pour y faire attention…

Je suis notamment intervenue pour saluer l’adhésion de la ville à l’association ADDULACT, plateforme de mutualisation pour les collectivités territoriales des initiatives liées aux logiciels libres. Mais en posant plusieurs questions pour savoir en quoi cela va pouvoir favoriser la transparence des décisions et l’accès citoyen aux données publiques,  ce que cette adhésion va changer dans la gestion des affaires de la mairie ou encore en quoi cela va faciliter la préparation des conseils municipaux.

J’ai également souligné que cela démontre un goût de la majorité FN pour le caractère ouvert, cosmopolite et sans frontière des logiciels libres. Peut-être un jour cela essaimera-t’il dans leur programme sur d’autres sujets sur lesquels ils semblent beaucoup plus stressés par l’ouverture…. (#SuivezMonRegard).

Plus tard, lorsque nous avons abordé la question des jardins familiaux en cours de création, j’ai pu rappeler la différence entre les jardins partagés, collectifs, pourvoyeurs de lien social, d’entraide et d’échange de services, et les parcelles individuelles clôturées. Et attirer l’attention sur l’importance pour la santé des gens qui consommeront les produits issus de ces cultures, et donc sur l’importance de contrôler la qualité des sols et d’éviter l’utilisation de produits phytosanitaires sur ces cultures.

Enfin, la majorité a fait la preuve de son étrange conception du fonctionnement de la CAHC (Agglomération Hénin-Carvin). A deux reprises, ils ont proposé au vote du Conseil Municipal une motion demandant de se prononcer par avance sur des débats à venir là bas.

Apprécieraient-il que la majorité à l’agglomération Hénin-Carvin propose des motions pour décider ce qu’il faudrait voter en Conseil Municipal à Hénin? Je pense que nous avons toutes et tous la réponse…

Eugène Binaisse et moi avons défendu et défendrons notre ville à l’agglo toutes les fois où cela sera nécessaire. Mais nos vote seront décidées en réunion de groupe, avec nos collègues des autres villes de l’agglo. Non pas pour se faire « dicter de Carvin » nos positions de vote, comme cela a été sous-entendu par le FN. C’est bien mal nous connaître… Mais pour convaincre au sein de la majorité de l’agglo de nos positions. Pour entrainer avec nous d’autres votes. Et ce n’est pas une motion municipale du front national qui le fera…

Voilà pourquoi nous nous sommes abstenus lundi soir sur les deux motions présentées par le Front national.

Parce que les bonnes nouvelles sont rares et qu’il faut donc en profiter quand nous en avons unes, vous pouvez aussi lire cet autre article du blog qui revient sur la motion de soutien aux urgences de la polyclinique d’Hénin-Beaumont, que les élus d’opposition ont réussi à présenter et à faire adopter à l’unanimité lundi soir en fin de Conseil Municipal!

Et je vous souhaite en attendant un très bon week-end ensoleillé :)

Être élu local de l’année, c’est la classe… (Voir article précédent). la classe… Jusqu’au jour où cela se retourne en effet boomerang.

Cette semaine, pour lutter contre les cambriolages, le maire d’Hénin-Beaumont a eu une idee RÉ-VO-LU-TION-NAIRE : construire… UN MUR, en plein milieu de la route.

Cette affaire a en quelques heures fait le tour de la presse locale, nationale puis mondiale (jusqu’à Singapour et au Ghana dites donc… )

VDN Mur

Et évidemment, ca a courroucé l’édile, qui devait forcément faire porter le chapeau à un responsable facile… J’ai nommé la Voix du Nord!

Cette affichette a donc été placardée dans la ville cet après-midi.

IMG_4736-0

Cette méthode, qui décidément devient une habitude, rappelle furieusement la précédente crise de nerf de la municipalité, dite aussi « affaire du marché de Noël ».

Pour « punir » l’édition locale de la voix du Nord d’un article par ailleurs tout à fait normal mais qui ne leur avait pas plu, les élus FN avaient manifesté en écharpe devant l’agence heninoise du journal, placardé des affiches diffamant le journal dans toute la ville et récidivé par une pleine page honteuse dans le journal de la ville (c’est à dire payé par nous).

IMG_4581

Décidément, celui qui n’a jamais digèré que d’autres que la municipalité se rassemblent en hommage à Charlie a une conception à géométrie bien variable de la liberté de la presse….

Pour le détendre un peu et trouver une utilité à ce mur, les jeunes écologistes vous donnent rendez-vous demain à 16 heures sur place
pour un échange convivial autour des questions de sécurité.

IMG_4734-0

2015 s’annonce comme l’année de l’écologie!
Voeux-300x300

Pour aider EELV, la planète et le bassin minier, commencez l’année avec de bonnes résolutions et faites un geste utile: soutenez notre action et faites un don!

A l’ordre d’EELV NPDC, ce don servira à soutenir l’action de notre groupe local et est déductible de vos impôts si vous en payez.

Ce message et le visuel ci-dessous sont bien sûr à diffuser sur les réseaux sociaux et à transmettre à vos contacts et de manière générale à toute personne de soutenir notre action.

Merci d’avance aux généreux donateurs!

AppelDonEELV

Balises : , , ,

Dans un an se déroulera à Paris du 30 novembre au 11 décembre la 21ème conférence internationale sur le Climat.

Si la France peut vivre avec 4% de déficit, la planète ne survivra pas à 4 degré en plus, or c’est pour l’instant ce vers quoi l’on s’achemine.

Pour informer et mobiliser sur la question de l’énergie et du climat, les écolos organisent ce vendredi 28 novembre une « Vague verte ».

Bandeau_Vague_Verte_Nov14_700x300px_OK-300x128
Parce que les écolos ça sait se lever tôt, nous vous attendrons à l’aube partout en France sur votre trajet du matin: dans les gares, les stations de métro, de bus ou de tram, avec un journal gratuit intitulé « L’année sera chaude » vous proposant 8 pages d’actualité pour éveiller les consciences sur les enjeux climatiques et impulser le sursaut citoyen et démocratique indispensable à la bataille contre le réchauffement climatique.

Nos militants iront également à votre rencontre sur  un certain nombre de marchés tout au long du week-end.

La carte des opérations «Vague Verte» dans la France entière est disponible ici.

Dans le bassin minier, nous vous attendons:

  • A Hénin-Beaumont à 6h30 à la gare et ensuite sur le marché
  • A Leforest à 7h30 à la gare
  • A Sallaumines à 7h45 à la gare
  • A Billy Montigny à 18h à la gare
  • A Dourges de 7h à 9h30 à la gare
  • A Lens de 7h30 à 8h30 à la gare
  • A Libercourt de 6h30 à 8h20 à la gare
  • A Liévin de 6h30 à 7h30 à la gare
  • A Méricourt à 8h15 à la gare
  • A Avion à 18h30 à Carrefour et Simply Market
  • A Loos-en-Gohelle à 8h30 à la Base 11/19

Bref, vous le constaterez: les écolos du bassin minier sont plus que jamais mobilisés pour le climat!

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 50 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :