Skip to content

Le blog de Marine Tondelier

Elue municipale écologiste à Hénin-Beaumont / Candidate aux élections départementales sur le canton d'Hénin 1

Tag Archives: hénin

Vendredi, Emmanuelle Cosse, notre Secrétaire nationale écolo était présente dans le bassin minier à l’occasion du lancement de la campagne écologiste et solidaire sur les 9 cantons du bassin minier.

IMG_4817

Comme le rappelle La Voix du Nord dans son article, elle était déjà venue il y a un an au moment de la campagne des élections municipales, et a souhaité, à l’occasion de cette nouvelle campagne, venir soutenir les copains locaux, mais surtout « montrer aux habitants qu’on ne les abandonne pas ».

Article Voix du Nord Emma Marché d'Hénin

Après un café au Chanzy, qui nous a notamment permis de discuter avec Eugène Binaisse de l’ambiance actuelle au sein de la municipalité, nous sommes donc partis à la rencontre des habitants d’Hénin 1 et d’Hénin 2.

IMG_4816

 

L’occasion pour beaucoup de nous poser leurs questions sur les élections départementales à venir, et qui restent encore un mystère … Le nom a changé, les règles aussi, et les cantons ont été redécoupés: difficile de s’y retrouver! Je vous rappelle que notre Journal des Verts d’Hénin-Beaumont disponible ici vous renseigne d’ailleurs sur comment cela va se passer.

IMG_4797

Mais l’occasion également de s’échanger quelques messages sympathiques d’encouragement, qui en période de campagne et surtout à Hénin-Beaumont sont toujours les bienvenus :)

 

IMG_4798

 

En fin de matinée, et à la demande des associations locales, nous nous sommes rendus sur les campements du secteur, avec Majdouline Sbai, Vice présidente du Conseil régional, en charge notamment de la Citoyenneté. Médecins du Monde nous a notamment alertés sur l’urgence sanitaire qui y règne, ici en l’occurence sur le campement du terril Saint-Henriette où habitent, dans des chalets construits à la main, des roms bosniaques arrivés en France depuis 1996 et qui tentent depuis d’y survivre comme ils peuvent. Ils ont fuit la guerre: impossible pour eux de retourner là bas.

FullSizeRender-6

 

Sur le campement à la frontière entre Hénin et Montigny, rien à voir: deux fois plus de monde. Et une précarité alarmante. Surtout depuis l’incendie accidentel cette semaine de 6 caravanes (parti, en pleine nuit, de l’explosion d’une bouteille de gaz abimée alors qu’une maman s’était réveillée pour faire à manger à sa famille).

6 familles ont donc perdu le peu qu’elles avaient. Tout perdu. Des solutions d’urgence sont envisagées avec les associations et les élus mobilisés. N’hésitez pas à nous faire signe si vous avez chez vous des couvertures ou vêtements à donner.

 

IMG_4814

Mots-clés : , , , , , , ,

Comme un article précédent de ce blog l’indique, les jeunes écologistes du bassin minier, intrigués par le désormais fameux « mur de la cité Konin », se sont rendus le week-end dernier sur place à la rencontre des riverains.

Nous avions à la base prévu une petite action décalée qui visait, au vu de la polémique, à aider les « anti-mur » à s’y habituer en y trouvant d’autres utilités (table de pic-nic, équipement sportif improvisé, support de verdure, etc). Bref, de détendre l’atmosphère sur le sujet, ce qui nous paraissait URGENT et INDISPENSABLE.

 FullSizeRender-3

Soyons honnêtes: l’action ne s’est pas exactement déroulée comme prévu…

Le quartier, en proie à un taux de cambriolage insupportable, a rejoint il y a quelques semaines le dispositif « voisins vigilants ». Comme nous nous y attendions, les riverains nous avaient organisé un petit comité d’accueil. Alertés par le sms collectif qui fait partie du dispositif , ils ont été une vingtaine à sortir en même temps de chez eux pour nous interpeller.

Le ton fut dans un premier temps très tendu. Mais bien formés à la communication non-violente, les copains et moi ne nous sommes pas démontés et, plutôt que de se quitter fâchés et incompris, avons engagé la discussion par petits groupe… Discussion qui durera au final près d’une heure.

 IMG_4746

Je tiens à remercier très sincèrement les riverains qui ont pris le temps d’échanger avec nous, malgré la semaine éprouvante qu’ils venaient de vivre, et qui les ont fait se sentir injustement visés par de nombreux médias.

 J’ai tout d’abord pu ressentir la détresse de personnes excédées par la circulation des automobilistes qui coupent par leur rue pour arriver plus vite à Auchan. Eux qui ont choisi il y a 8 ans de construire dans ce qui leur était présenté comme une zone résidentielle n’ont pas signé pour ça. Et ont peur pour leurs enfants qui jouent sur la route (un enfant en trottinette a encore été renversé il y a peu).

Excédés également par les cambriolages, apparemment facilité par la proximité de l’autoroute. L’un d’entre eux en est à son troisième en un an!

Excédés finalement par le « buzz médiatique » qui a sévi cette semaine autour de l’ouvrage. Ils ne se sont pas reconnus dans les reportages qui ont circulé. Ils affirment avoir été consultés sur ce mur. Et affirment avoir été environ 80% à le vouloir « mais que 20% ne soient pas d’accord, ça arrive, comme sur tout projet », ajoutaient-ils.

Ils n’ont pas apprécié que « leur » mur soit moqué jusqu’au Ghana et à Singapour. Ils n’ont pas compris les proportions prises par cette affaire.

Leurs arguments, nous les avons entendus et compris!

Nous avons également bénéficié d’une écoute attentive lorsque nous avons partagé les nôtres :

> Tout d’abord que la Voix du Nord n’est pas là pour donner simplement l’avis des « pro-murs », et que même si les gens qui se sont exprimés contre n’habitent pas la rue mais les rues voisines, il est légitime qu’ils aient pu également être écoutés par la presse.

> Ensuite, que ce mur déplace sans le résoudre le problème de la zone commerciale voisine surdimensionnée et du flot de voiture qu’elle draine, faute de système de transports en commun suffisamment attractif. La solution mise en œuvre et bénéfique pour eux: ils auront, une fois l’effervescence retombée, retrouvé leur sérénité. Mais ne règle pas le problème global, qui sera reporté sur d’autres axes.

> Enfin que la Voix du Nord n’est pas pas responsable du fait que depuis que le FN en a fait sa vitrine, et encore plus depuis que notre maire a été « élu local de l’année », les projecteurs soient braqués sur notre ville.

Ce mur est le premier fait saillant post « remise du prix du trombinoscope », ce qui explique le retentissement médiatique qu’a pris cette actualité.

Le maire est très content d’avoir reçu ce prix. En témoigne les caisses que la municipalité en fait dans le journal municipal de ce mois, ici en couverture:

IMG_4739

Et ici à l’intérieur du journal:

FullSizeRender-4

Et en politique, le beurre ET l’argent du beurre, ça n’existe pas. Tout gain de notoriété a son revers de la médaille: car plus on parle d’une personnalité politique, plus, forcément, et proportionnellement, elle a de chance d’être raillée, moquée, tournée en dérision. « C’est le jeu ma pauvre lucette », que l’on soit content ou pas, c’est comme ça que ça marche!

La preuve par l’exemple: une photo de moi dans la Voix du Nord a réussi à déchainer les foudres du FN… Imaginez si j’avais gagné le prix d’élue d’opposition de l’année (que tout le monde se rassure, ça n’existe pas!).

 L’édition locale de la Voix du Nord, représentée sur place au moment de la discussion avec les riverains, a en effet rendu-compte de cet évènement dans un article on ne peut plus classique. Mentionnant très rapidement l’initiative des jeunes écologistes, mais laissant surtout la part belle aux témoignages de riverains. Mon nom n’est même pas cité dans l’article, mais voilà, voilà, DRAME PSYCHOLOGIQUE pour le FN, j’apparais en photo (enfin de profil, en train de discuter, je suis sure que même certains de mes proches ne m’ont pas reconnue…).

Capture article mur hénin

Mais voyez vous, dans le règne que le FN voudrait sans partage sur Hénin-Beaumont, une photo d’une élue d’opposition qui va faire du terrain un samedi après-midi dans une rue au centre de l’actualité du moment, c’est déjà un affront.

Voici la réaction que le maire a donc immédiatement publié sur son blog, accusant le journaliste et responsable de l’agence locale de la Voix du Nord Pascal Wallart de collusion avec moi.

Je ne perdrai pas trop de temps à commenter le caractère ridiculement outrancier de ce communiqué de presse. Parce qu’imaginer Pascal Wallart « prenant ses ordres de Carvin » doit le faire bien marrer, ainsi que le député-maire de Carvin Philippe Kemel, ici visé. Parce que j’espère bien que si Pascal Wallart était mon directeur de campagne, j’aurais au moins eu mon nom en gros dans le titre. Et aussi parce que j’y suis accusée de ne pas avoir été présente d’une réunion à laquelle je n’ai jamais été invitée et dont bien sûr je n’avais pas été informée, le FN se réservant jalousement ce type d’information et se gardant bien de nous en communiquer l’existence en amont…

Bref, mieux vaut en rire qu’en pleurer.

Je préfère essayer de comprendre quelle élue d’opposition il faudrait que je sois exactement pour que le FN me lâche la grappe et ne recommence pas à harceler un journaliste au prétexte qu’il publie une photo de moi. En fait il faudrait que je ne dise rien. Que je ne fasse rien. Et que j’attende bien sagement la fin du mandat…

Désolée de voir les choses différemment, de m’investir dans ce mandat, et de faire du terrain autant que possible.

Avec ce telles méthodes, le maire ne s’étonnera pas que nous, élus d’oppositions, soyons obligés de tenir des conférences de presse pour demander au FN de « sortir de l’invective permanente » (voir article précédent).

Que nous soyons de plus en plus nombreux à considérer que ces méthodes cachent une grande fébrilité.

Et que les tentatives d’intimidation dont nous faisons l’objet ne fassent que renforcer notre détermination.

Bref, assez parlé de cette réaction ridicule mais néanmoins inquiétante du FN.

Revenons rue Teodorowicz pour la conclusion de cet échange enrichissant avec les riverains (y compris sur le dispositif « voisins vigilants », dont je vous avez déjà parlé ici et que le quartier expérimente, avec un réel engouement pour certains, mais des réserves que je ne suis pas la seule à partager et que certains sur place admettent).

En somme, nous avons partagé un beau moment d’échange, rendu possible par la volonté de chacun de débattre sereinement (l’absence d’élu FN sur place a BEAUCOUP aidé, vous imaginez vu le ton de l’article du blog précité ce que ça aurait pu donner…).

Je suis TRES contente d’avoir pu avoir cette conversation directe avec les premiers concernés et d’avoir pu comprendre la crispation des uns et des autres autour de ce mur.

Chacun que les arguments aient pu être échangés intelligemment et dans le respect de l’autre, n’en déplaisent à certains qui auraient surement préféré qu’on en vienne aux mains.

D’où la volonté de chacun de rebaptiser ce « mur anti-cambriolage », appellation qu’ils trouvent absurde, en « mur de la communication ».

Nous nous sommes quittés en parlant d’avenir: décoration et fleurissement prévu du mur.

On s’est même dits que l’on se retrouverait pour un pic nic sur place le jour de la fête des voisins!

Et puis aussi on a sorti les raquettes, parce qu’on ne pouvait tout de même pas partir dans la faire, cette partie de badminton!

FullSizeRender-5

#ALaprochaine

Mots-clés : , , , , ,

Etre élu d’opposition à Hénin-Beaumont, ça vous forge le caractère!

Pas d’autre choix en effet que de ne pas se laisser faire, que de ne pas se taire face aux méthodes d’intimidation de la mairie front national en place.

Car derrière le masque de l’élu de l’année, de la dédiabolisation de l’extrême droite et du disneyland du front national se cachent des méthodes assez inquiétantes envers la presse, les associations du sortent du rang, les opposants politiques.

C’est ce qui nous a poussés, élus d’opposition accompagnés des élus des villes voisines dont le député maire Philippe Kemel à lancer un appel au retour d’une certaines éthique en politique.

Une conférence de presse qui nous a fait beaucoup du bien. En espérant que nous serons entendus!

Vous pouvez lire l’article de la Voix du Nord à ce sujet en cliquant ici.

Capture binaisse bashing

Mots-clés : , , , , , , ,

Les municipales de 2014 à Hénin-Beaumont? Marine le Pen et Steeve Briois s’y voient déjà!

Et effectivement, les 56% qu’ils ont enregistré en moyenne dans les bureaux de vote de la ville aux législatives en juin dernier sont de mauvaise augure…

Mais parce qu’il faut tout mettre en oeuvre pour que cela n’arrive pas…

Et parce cette ville a un besoin urgent de se détendre un bon coup avant que ne reprennent les traditionnelles passe d’arme, cirque médiatique et autres concours viriles d’affichage sauvage propre aux campagnes électorales locales,

Les Jeunes Écologistes du bassin minier ont tenu à rappeler avec humour que ceux qui sont en résistance sur le terrain et dans les urnes pour que cela n’arrive pas peuvent compter sur eux!

 

D’ailleurs, nous étions ce week-end au festival de la résistance de Carvin où nous avons poursuivi notre travail de déconstruction des préjugés d’extrême droite

Parce qu’on est plutôt manuels…

Voeux-Jeunes-Ecolos

Parce qu’on aime les jeux manuels et pédagogiques

Voeux-Jeunes-Ecolos

Et parce qu’apparemment, quoiqu’on en pense, il y a pas mal d’habitants du bassin minier qui prennent beaucoup de plaisir à dégommer les préjugés d’extrême droite!

Voeux-Jeunes-Ecolos

Bref, nous comptons bien intensifier cette mobilisation de terrain pour éviter que notre ville ne se réveille avec la gueule de bois en mars prochain!

Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Cette prophétie vous fait rire? Et bien elle sort tout droit de la bouche d’un sympathique militant FN, voulant jouer à l’intimidation avec moi lors du Conseil Municipal de jeudi soir à Hénin-Beaumont… (dommage, ça ne marche pas).

Un Conseil Municipal placé sous le signe du changement du redressement

Nous étions tranquillement en train de suivre un moment historique: la ville d’Hénin-Beaumont est sortie avec un an d’avance du plan de rétablissement de l’équilibre budgétaire imposé par la Chambre régionale des comptes en 2009.

Et bien sûr, comme tout ce qui est positif pour la ville, cela mettait le front national LEGEREMENT sur les nerfs. Bah oui, qui dit amélioration du contexte local signifie un appauvrissement de leur terreau électoral fait de frustration, de colère et de bordélisation de la vie politique local.

C’est donc la double peine: à chaque mauvaise nouvelle locale, de la découverte d’un nouvel emprunt toxique de chez Dexia à un recours sous tension portant sur la dernière législative, le FN reprend une gorgée de potion magique.

Mais il faut le reconnaître, l’équipe municipale actuelle travaille sérieusement au redressement de la ville. Et un cercle vertueux se met en place, au grand dam de l’opposition frontiste. Aujourd’hui, un an avant le délai fixé par la chambre régionale des comptes donc, la tutelle est levée! Le rétablissement axé sur une hausse de la fiscalité locale, une baisse des charges courantes et de la masse salariale, et enfin des cessions d’actifs, a permis fin 2011 à la ville de dégager un excédent de 5,2 millions d’euros.

Alors on peut, comme le fait le Front National par stratégie électorale, choisir de rabacher que l’équipe municipale est amatrice, et appeler le Maire Eugène Binaisse « Gérard Dallongeville » pendant tout le Conseil Municipal au motif qu’il a conservé le même Directeur général des services que le précédent maire (ce dont je n’ai jamais dit que ça avait été une bonne idée par ailleurs), n’empêche que les résultats sont au rendez-vous. Et le FN a beau dire que ce sont simplement les contribuables qu’ils faut remercier, eux qui ont trimé pour éponger une partie de la dette, il n’en demeure pas moins qu’ils n’auraient pas fait mieux.

Automne ou pas, nous on est là

Ca c’était pour le contexte!

« les feuilles vertes vont tomber » me clame t’on donc, sur un ton un peu gras suivi du rire tout aussi gras des militants assis autour de moi. « et à moins de 2% » ajoute un voisin.

Mais voyez vous chers amis, je ne me réjouirais pas assez vite à leur place.

Parce qu’en réalité, on est plutôt très motivés en ce moment…

Les Jeunes écologistes sur le pont

Ce matin, la coordination nationale des Jeunes Ecologistes réunie à Strasbourg a voté l’entrée dans la fédération des Jeunes Ecologistes du Bassin Minier, crées à Hénin-Beaumont en juin dernier, que je vous invite d’ailleurs à retrouver sur leur page facebook. Mobilisés sur le terrain, ils s’activent depuis la rentrée à la sortie des lycées, tracts à la main, ou sur les panneaux d’affichage libre, avec nos affiches « Jeunes Ecologistes, la politique sans conservateurs » ou « l’avenir n’est pas rose ni bleu marine, il est vert » (bon je vous passe la fois où on s’est fait recouvrir à la gare par M. Pokora, ce qui n’est pas la page la plus glorieuse de notre histoire je vous le concède).

Pour les motivés, vous pourrez retrouver le tout jeune groupe mardi à 14h30 devant la salle des fêtes d’Hénin-Beaumont, où est organisée une collecte « don du sang ». Nous y organiserons une action « mon sang est-il gay? », parce qu’en France, depuis une circulaire parue le 20 juin 1983, les personnes homosexuelles ou bisexuelles sont classées comme «populations à risques», sur le seul critère de leur orientation sexuelle, sans se préoccuper de leurs pratiques réelles, et n’ont donc pas le droit de donner leur sang. Oui oui, c’est ce que l’on appelle de la discrimination, et les Jeunes Ecologistes se mobilisent particulièrement sur cette question depuis plusieurs mois

Le Nord entre en mobilisation contre l’Ayrault-port de Nantes

Par ailleurs, le Nord-Pas-de-Calais est entré ce week-end dans le combat contre le grand projet inutile de l’aéroport Notre Dame des Landes (sous la pluie, mais dans la bonne humeur).

Place de la République, puis devant le siège départemental du PS aux cris de « le PS, nous expulse, expulsons le PS », les manifestants (principalement des indignés, des écolos et des décroissants), ont affiché leur opposition à ce non-sens écologique  extrêmment couteux – qui betonnerait 2000 hectares de terres agricoles et de bocage d’une grande diversité écologiques -; et leur soutien quelques à plus de 40 ans de lutte.

La manifestation s’est terminée devant la mairie de Lille, dans une ambiance bonne enfant (rassurez-vous, elle était TRES bien gardée)

Ambiance bonne enfant… c’est ce dont doivent rêver les quelques 200 occupants de la ZAD (Zone A Défendre), dont les forces de l’ordre en surnombre détruisent depuis quelques jours – avec une violence assez perturbante venant d’un gouvernement de gauche –  l’habitat, les potagers et l’expérience collective. Je vous invite à visionner la vidéo ci-dessous, elle est saisisante et très émouvante.

Et comme je sais que des lecteurs au sens critique aiguisé vont forcément me faire la remarque: non ça ne veut pas dire qu’il faut que Cécile Duflot se mette en grève de la faim et claque la porte du gouvernement parce que les socialistes sont vraiment très méchants.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le préciser, en entrant au gouvernement, les écologistes ne sont pas pour autant entrés au parti socialistes. Ce qui veux dire que oui, des désaccords subsistent, on ne va pas se mentir là dessus et c’est même plutôt normal.

Il est aujourd’hui normal à mon avis que nos deux ministres ne s’expriment pas là-dessus, compte-tenu de l’impatience avec laquelle les médias attendent tout prémisse de tension au sein du gouvernement. Ne leur faisons pas ce plaisir!

Il reste toute une palette d’actions à EELV pour exprimer son opposition à ce projet, que nos militants combattent sur le terrain depuis des années. Et la solidarité gouvernementale n’empêche pas non plus nos parlementaires de se faire entendre sur la question: « la solidarité n’exclue pas la franchise » a d’ailleurs rappelé Corinne Bouchoux , Sénatrice écologiste du Maine-et-Loire, lors de la dernière séance de questions au gouvernement (la video ici)

Bref, quitter le gouvernement maintenant et sur ce prétexte serait un véritable non-sens. Nous avons encore beaucoup de choses à y faire. Et tant que le Premier Ministre nous laissera assez de champ pour porter nos convictions écolos dans les politiques publiques nationales relevant des portefeuilles de nos deux Ministres écolos, toute démission sera contre-productive.

Préparer 2014… sans être obsédés par 2014, car beaucoup de choses sont possibles avant!

Pour finir, sachez que la formation des adhérents EELV du Nord Pas-de-Calais a commencé en vue des municipales de 2014. Réunis au local régional, nous avons eu l’occasion d’entamer ce cycle par un exposé sur le rôle et le statut de l’élu, et de faire part de nos besoins pour les mois à venir. Du boulot en perspective, mais aussi beaucoup d’enthousiasme.

Mais comme vivre mieux à Hénin-Beaumont, c’est vraiment possible avant 2014, je vous donne rendez-vous sur ce même blog dans quelques jours pour le lancement officiel de notre projet de guide du mieux vivre dans le bassin minier, projet dont j’ai déjà eu l’occasion de vous parler…

Ca prend forme, ça avance, et je vous en tiens très rapidement au courant, parce que l’on va avoir besoin de votre participation pour que ça marche!

Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , , ,

Vendredi, j’ai appelé le Conseil Constitutionnel…

Et cela m’amène aujourd’hui à vous faire deux révélations!

1ère révélation (très prévisible): les voies du Conseil Constitutionnel sont impénétrables

Cette première révélation est somme toute très rassurante: RIEN NE FILTRE (où alors vous avez des amis très bien renseignés).

Perso j’ai plutôt joué la technique « meuf sympa un peu naïve ». J’ai expliqué à la standardiste que j’avais besoin d’un renseignement sur un recours législatives, elle m’a passé le service concerné, et j’ai tenté d’en savoir un peu plus, en expliquant que cette histoire commençait sérieusement à me stresser, et que si je comprenais bien que l’on ne puisse rien me dire sur le fond du dossier, savoir « à peu près » quand la décision serait rendue me simplifierait considérablement la vie.

Parce que oui, je plaide coupable: cette histoire commence à LEGEREMENT me stresser

Je le reconnais, j’étais parmi les plus optimistes au départ: les recours du FN, nous y sommes habitués, et mine de rien, 118 voix d’écart, c’est beaucoup en comparaison d’autres circo. Mais je le reconnais également, je commence à être gagnée petit à petit par la tension ambiante autour du sujet…

D’un côté ceux qui sont sûrs et certains que ce sera annulé (« je ne vois pas comment il peut en être autrement »). A l’opposé, des adeptes de la théorie du complot qui sont convaincus que le Conseil Constitutionnel est toujours complaisant avec les pouvoirs en place, et qu’il n’irait pas les contrarier sur une circo aussi risquée en cas de nouvelle élection. Entre les deux, les paris sont lancés. A Hénin, on spécule depuis juin. Et ça anime les discussions de comptoir (et les blogs politiques).

Sauf que ces derniers jours, la pression monte. Début octobre, on a appris que le Conseil Constitutionnel avait déjà éclusé pas mal de recours ne posant pas problème. Seuls 10, les plus problématiques donc, restaient en cours d’instruction. Le recours portant sur la 62-11 passait donc du statut d’un parmi tant d’autres, au top ten des circonscriptions les plus risquées. Sachant qu’en moyenne 4 à 5 circonscriptions sont rejouées à chaque législative.

D’où un réflexe préventif de ma part: commencer à se mettre psychologiquement dans l’état d’esprit de peut-être, bientôt, devoir repartir en campagne. Et je vous avoue que c’est pas forcément facile à vivre:

1. Parce qu’il faut bien l’avouer: une campagne (surtout celle-là), ça affecte physiquement et psychologiquement, et qu’il faut le temps de récupérer entre deux

2. Parce que les campagnes électorales en novembre, décembre ou janvier ne sont pas nécessairement les plus marrantes (surtout dans le Pas-de-Calais)

3. Parce qu’on est toutes et tous en campagne quasi-permanente depuis 2008, entre les municipales, puis les européennes enchaînées en 2009 avec les municipales partielles (oui oui, ici nous sommes habitués à rejouer toutes les élections deux fois), les régionales de 2010, les cantonales de 2011, et les législatives (1ère édition?) de 2012.

4. Parce que d’ici à 2014, ce n’est pas juste l’occasion de souffler par confort personnel. C’est également l’occasion de mener des projets de terrain autres que purement électoraux (et nous en avons bien besoin). Notre projet EELV Bassin Minier d’un « guide du vivre mieux dans le bassin minier » est en train de prendre forme, c’est un beau projet, positif, utile pour la population. Et nous avons envie de pouvoir y travailler sereinement.

Bref, s’il faut y aller, nous y retournerons. Mais l’incertitude actuelle est difficile à gérer. Elle contraint les projets persos pour les mois à venir. Elle empêche d’avoir l’esprit vraiment libre. Elle plane comme une menace, prête à s’abattre à tout moment. Et s’imaginer que du jour au lendemain, cette circonscription puisse être replongée dans le cirque médiatique du printemps dernier, n’a rien de très alléchant.

Mais puisque je n’ai pas réussi à en savoir plus, nous en restons là. Ca peut être demain, ça peut être la semaine prochaine, ça peut être … le 20 décembre (et ce serait un cadeau de Noël pas très agréable mais on ferait avec).

La seule information supplémentaire que ce coup de téléphone m’a procuré, c’est que la date officielle du verdict sera annoncée quelques jours auparavant sur le site du Conseil Constitutionnel. Et autant vous le dire tout de suite: ne comptez pas sur moi pour y aller tous les matins vérifier s’il y a du nouveau. De toute manière, j’imagine que je serai mise au courant bien assez vite s’il y a du nouveau.

2ème révélation (mise au point): tout le reste n’est que rumeur

Je sais que je ne vous apprends en fait surement pas grand chose depuis le début de cet article… et j’en suis sincèrement désolée! Mais ce n’est tout de même pas de ma faute si tout ce que l’on peut entendre sur ce recours n’est que rumeur…

Début octobre, la Voix du Nord, dans une brève écrite à l’occasion de ma participation au trail des terrils du parc des îles (#ambiance), évoquait une « rumeur voulant que, si la 11ème circonscription était à nouveau appelée à voter en début 2013″, je pourrais « être le recours d’une opportune union de la gauche PS/EELV, au cas où l’image du PS serait trop ternie ».

La Voix du Nord / Edition Lens-Hénin-Carvin

Dans la foulée, Médiapart publiait un article de Marine Turchi, faisant le point sur cette histoire de recours, grâce il faut le dire à un très bon travail de journaliste. Allant encore plus loin que La Voix du Nord, cet article insinuait que je pourrais former un tandem avec Jean-Pierre Corbisez, président socialiste de l’agglomération Hénin-Carvin.

Alors je vais en profiter pour être très claire (parce que l’on m’interroge beaucoup à chaque fois que je me promène à Hénin): tout cela n’est évidement que rumeur. Et dire cela ne signifie pas critiquer les journalistes, qui ne font que coucher sur papier ce qu’on leur rapporte, c’est à dire justement leur métier.

Ce que je peux vous certifier, c’est que je n’ai pas parlé avec Jean-Pierre Corbiset depuis avant les grandes vacances. Et que ce n’était surement pas pour élaborer des stratégies secrètes avec lui. Ceux qui me connaissent savent que ce n’est pas mon genre.

Je peux également vous certifier qu’en vrai, si la législative de juin est annulée, il n’y aura pas de « bon scénario ». Le PS en sortirait très très affaibli, et vu la victoire très juste d’avant les vacances, je ne vois pas bien comment réitérer un tel coup de force. Surtout s’il a été permis par des tricheries avérées. Quand au front de gauche, j’imagine que pour Mélenchon, il serait compliqué de ne pas y aller. Mais également compliqué d’y aller. Incertitude également de ce côté là, donc.

Bref, pas de scénario ideal. Nous, candidats de gauche, serions clairement les out-siders face à une Marine le Pen revigorée.

MAIS l’idée n’est pas de sombrer dans la dépression dès maintenant. L’idée est d’avoir conscience des risques. De se préparer à tous les cas de figure. Et surtout de se préparer à se battre, car cette nouvelle élection, si elle devait avoir lieu, se jouerait vraiment au mental. Elle serait compliquée. Elle serait éprouvante. Et elle pourrait mal se terminer, ce dont le territoire aurait clairement du mal à se remettre.

S’il n’y a pas de solution idéale, il n’en demeure pas moins que des scénarios moins pire que d’autres sont possibles. Je ne pense pas que maintenant soit le moment pour les imaginer, car nous ne connaissons pas encore toutes les données du problème. Ma philosophie sur ce coup là est donc de prendre collectivement notre mal en patience. De ne pas faire trop de projets persos pour le début 2013 parce qu’on aura peut-être d’autres trucs à faire. De commencer à se préparer un équipement anorak / bonnet / écharpe pour pouvoir tracter sous la pluie au cas où. Et surtout d’être prêt, au cas où faille y retourner.

Nous, écolos, serons au rendez-vous à de moment là. Nous ne prendrons pas de décision avant d’avoir en main toutes les données du problème (avis du Conseil Constitutionnel, positionnement des autres candidats de juin, rencontres avec nos partenaires). Et alors, alors seulement, et sans précipitation, nous prendrons notre décision. Pas celle qui nous arrange le plus. Mais celle qui sera la meilleure possible pour notre circonscription.

Ca veut dire éviter au maximum l’arrivée d’une troisième député frontiste à l’Assemblée nationale.

Mais ça signifie également ne pas renier ses valeurs et ne pas se compromettre dans des alliances que nous n’assumerions pas car elles iraient à l’encontre de nos valeurs.

Conclusion: on reste calme, et on prend son mal en patience

C’est pourquoi je n’évoquerai plus cette histoire de recours avant que la justice ne rende effectivement cette décision (après ça devient obsessionnel et c’est mauvais pour la santé).

Mais rassurez vous, il me reste plein d’autres choses à vous raconter (genre le spectable HILLARANT auquel j’ai assisté hier à l’escapade et la belle saison qui s’y annonce; mes footing palpitants dans le bois de Florimond, en toute cohabitation pacifique avec les chasseurs, le projet « lanceur d’alerte du bassin minier » sur lequel vous en saurez bientôt plus, etc).

Et pour ceux à qui l’ambiance électrique des élections manque déjà, pas de panique, le reportage « femmes en politique, la relève », avec un bon aperçu de la campagne Héninoise, sera rediffusé le 4 novembre sur TEVA à 13h05…

Et hop, je vous quitte (temporairement) sur un petit avant goût made in « Nord Eclair »

Nord Eclair, le 13 10 2012

Nord Eclair, le 13 octobre 2012

Mots-clés : , , , , , , , , , , ,

La rentrée 2012 avait si bien commencé…

Un patrimoine mondial de l’UNESCO chargé d’émotion

Début septembre a eu lieu à « La belle Anglaise » un café citoyen sur le projet « Bassin Minier Unesco ». Les trois intervenants sont revenus avec émotion sur cette formidable page de l’histoire du bassin minier.

Des trémolos dans la voix, un ancien mineur a évoqué « un bonheur mais qui arrive un peu tard », rendant hommage à ses collègues disparus ou malades. Car nous ne l’oublions pas: il y a du sang et de la sueur sur les terrils. A été également décrite cette époque pas si lointaine, où on ne se fréquentait pas entre français et polonais (et l’anecdote d’un bal polonais de la Sainte-Barbe où des « français » avaient voulu venir danser avant que le tout ne se termine à coups de pavés).

Les enjeux de ce classement sont énormes. En termes de transmission, car la mémoire des mineurs doit être conservée (et inculquée aux jeunes qui habitent « cité de la fosse 12″ mais ne savent pas ce que cela signifie). En termes de fierté d’être d’un territoire souvent dépeint en des termes peu glorieux dans les médias nationaux (parce que oui, en juillet, on a eu droit à toute une flopée d’articles élogieux sur notre région et que ça fait du bien). Et également en termes économiques, car l’enjeu de la reconversion est crucial: on a fait « le dur », la reconversion industrielle. Il est à présent temps de passer à une nouvelle phase!

Ce dossier, comme tout dossier UNESCO, a été dur à monter: inventaire du patrimoine de 300 communes, le ministère de la culture à convaincre, puis le gouvernement, puis le dossier à défendre auprès de l’UNESCO. Les galères aussi, et notamment le coup dur de 2011, lorsque le gouvernement de l’époque avait fait faux bond au dernier moment pour préférer porter le dossier des Causses et des Cévennes sur l’agropastoralisme. 10 ans de travail acharné en tout! Mais comme le soulignera avec humour un habitant de la cité Darcy passé débattre: « Il faut mieux passer un dossier haut la main en 2012 qu’en 2011 en cirant des pompes ». En tout cas, mission accomplie!

Et une belle soirée passée en compagnie d’Héninois passionnés, dont certains sortaient de la fameuse réunion secrète de Mélenchon avec les militants locaux du PG, et d’autres étaient passés un peu par hasard mais s’étaient pris au débat. Beaucoup commençaient leurs témoignages par « je suis fils de mineur », et puis le tabou est tombé « moi je suis pas fils de mineur mais je voulais quand même parler parce que ça m’empêche pas d’être né ici et de bien les aimer, mes terrils »; « moi je suis pas fils de mineur mais quand j’étais petit il y a 40 ans et que je rentrais des centre aérés organisés par la ville, j’avais le coeur qui se soulevait au bout de 500 km, quand je voyais « le premier terril », celui d’Hénin ».

Et puis il y a eu les échanges informels post-réunion autour d’un vert : « moi jsuis de la cité Darcy, le terril vert c’est le plus long d’Europe mais jle connais comme ma poche, jsuis sûr que si jt’abandonne au milieu en pleine nuit tu trouves jamais la sortie et moi si », « De toute façon, vu l’ prix du gaz, on va bientôt rouvrir ché mines et on aura ‘core des terril » « mi jveux bien qu’on les classe nos terril mais jmen vais pas dvenir une reserve d’indiens »

Bref, une excellente soirée, pleine d’émotion et de convivialité… Et de documents historiques « d’époque » à consulter, pour réaliser que les problématiques n’ont pas vraiment changé en 50 ans… (sauf que le CAP « mécanicien des houilles », à l’heure des « emplois d’avenir », est un peu hors sujet!)

Open-bar chamboule-tout

Puis est venu le week-end de la grande braderie de rentrée d’Hénin-Beaumont, où les jeunes écolos tenaient un stand (vachement plus funky que celui du FN soit dit en passant, parce qu’on n’a peut-être pas le budget pour payer des coups gratuits à tout le monde, mais qu’on compense en faisant fonctionner notre créativité).

C’est donc un grand « chamboule tout contre les préjugés » que nous avons organisé, pour inviter les passants à exploser les idées reçues. A coup de balles de tennis, ils s’agissant d’envoyer valdinguer les clichés les plus perfides: « écolos = drogués », « jeunes = feignasses », « immigrés = assistés », « c’était mieux avant », « le halal c’est pas catholique »…

On a joué à tous les âges: des plus grands….

Aux plus petits…

Aux vraiment plus petits!

Et même en famille! (ce qui a parfois pu provoquer des embouteillages mais on ne s’en est pas plaints)

Le jeu était VRAIMENT accessible à tout le monde. Aux poussettes,

Aux blessés…

Et tout le monde s’y est en tout cas donné à coeur joie, on sentait vraiment chez certains l’envie de se défouler…

(Notez d’ailleurs que les plus petits se montraient souvent les plus prompts à dégommer les préjugés)

On a également vu se défouler des têtes connues d’hénin: JP Policante,

Des élus municipaux anonymes,

Des mélanchonistes convaincus,


En somme une très bonne après-midi, qui nous a également permis de rassembler un certain nombre de « bons plans locaux » pour notre « Guide participatif du vivre mieux à Hénin-Beaumont » à venir

(et de rencontrer par un hasard forfuit des écolos)

(et de recharger nos batteries… en frites!)

Je passe la seconde et j’arrête le mode « roman-photo » (même si c’est très marrant je vous l’accorde), parce que sinon nous n’en viendrons jamais aux faits, aux vrais: la menace qui plane sur l’économie de la bière…

Les trails des terril, partenaire officiel de la convivialité dans le bassin minier

Comme je vous l’explique depuis le début de cet (interminable) billet, la rentrée était donc placée sous les meilleurs auspices, et on était plutôt très motivés de manière générale. Les journalistes avaient déserté Hénin (sauf bien sûr les irréductibles de l’agence locale de la Voix du Nord dont le feuilleton de l’été « Douze ans de descente en enfer du PS héninois » n’en n’est qu’à l’épisode 60 et à l’année 2009 à l’heure qu’il est – que voulez vous, un scenario à la Dallas, ça ne se résume pas aussi facilement). En somme, la vie politique locale avait retrouvé sa tranquillité (enfin tout est relatif vous savez).

Même que ça m’a donné envie de me mettre à la course à pieds pour découvrir d’une autre manière le patrimoine minier!

Échauffée par le 10 km de la braderie de Lille, je me suis donc embarquée pour le trail nocturne des terrils de Loos-en-Gohelle (ou comment se taper 7 bornes avec 500 mètres de dénivelé à la lampe frontale, avec des passages en sous-bois qui donnent franchement l’impression d’être poursuivie par Emile Louis : ferme les yeux, imagine toi dans la partie boisée d’un terril en pleine nuit, poursuivie par un mec haletant qui va – forcément – plus vite que toi et se rapproche donc petit à petit … Stress garanti!)

J’ai même récidivé 15 jours plus tard, au trail du parc des île organisé à cheval sur Hénin-Beaumont et Rouvroy, qui en est encore à ses débuts mais sera certainement amené à prendre de l’ampleur dans les années à venir (pour l’instant, le concept c’est genre ya seulement du ravitaillement au départ et à l’arrivée, t’as un peu peur de respirer de l’amiante à deux ou trois endroits, ya des passages dans les égouts, et surtout tu apprends sur la ligne de départ que finalement c’est pas 10 mais 11 km, ce qui pour des gens peu doués comme moi fait une grosse différence ;) – mais le principal y est: une ambiance très conviviale!)

Photo: Patrick Piret

Et là, c’est le drame!

Bref, bref bref, l’ambiance était plutôt sympa localement (comme souvent quand Marine le Pen n’est pas là, c’est à dire souvent tout court hormis en période électorale)

Et là, en ce début octobre que l’on pensait continuer sur notre foulée… BAM!

Subrepticement (j’adore ce mot et l’ambiance dramatique dont il drape ce billet de blog tout à coup), le gouvernement nous annonce une hausse de la taxe sur la bière à venir, dans le cadre du Projet de loi de financement de la sécurité sociale, qui sera examiné dans les semaines à venir à l’Assemblée Nationale puis au Sénat.

Depuis, je reçois des tas de mails et de messages facebook de gens pas contents qui me demandent d’en parler aux Ministres (dont je doute que mon avis perso n’ait une grande influence sur eux mais passons…)

/Attention, ce qui suit est ma « minute mauvaise foi » de la semaine/

Alors franchement,  je pense qu’il faudrait arrêter de déconner. Déjà que le mois dernier une étude scientifique est venu s’attaquer aux frites…

Jugez-en par vous même (munis de votre dico Harraps)

« Human exposure to acrylamide (AA) through consumption of French fries and other foods has been recognized as a potential health concern. Here, we used a statistical non-linear regression model, based on the two most influential factors, cooking temperature and time, to estimate AA concentrations in French fries. The R2 of the predictive model is 0.83, suggesting the developed model was significant and valid. Based on French fry intake survey data conducted in this study and eight frying temperature–time schemes which can produce tasty and visually appealing French fries, the Monte Carlo simulation results showed that if AA concentration is higher than 168 ppb, the estimated cancer risk for adolescents aged 13-18 years in Taichung City would be already higher than the target excess lifetime cancer risk (ELCR), and that by taking into account this limited life span only. In order to reduce the cancer risk associated with AA intake, the AA levels in French fries might have to be reduced even further if the epidemiological observations are valid. Our mathematical model can serve as basis for further investigations on ELCR including different life stages and behavior and population groups. »

Full-size image (112 K)
Fig. 4. Box and whisker plot of estimated AA intake rate for adolescents who are exposed to AA through consumption of French fries under eight different cooking conditions. (a) boys aged 13–15, (b) boys aged 16–18, (c) girls aged 13–15, and (d) girls aged 16–18. (Source: Sciencesdirect.com)

Bon ok, c’est un peu technique, mais en gros ça veux dire que frites = danger = cancer.

Alors moi je veux bien qu’on critique les écolos en leur disant qu’à force d’aider les Roms ils vont favoriser le vote FN, mais nous assommer en plus avec une taxe sur la bière, je trouve ça un peu irresponsable, de surcroît au moment où le spectre d’une annulation du scrutin de juin plane dangereusement autour de notre 11ème circonscription… Parce qu’alors là dans le genre boulevard pour le FN!…

Déjà qu’on nous a rétrogradé Lens en ligue 2 et qu’on est même pas sûrs de réussir à s’y maintenir, j’appelle à la plus grande vigilance des pouvoirs publics, ou alors cette une de journal exposée au café citoyen dont je vous ai parlé en début d’article sera encore plus d’actualité!

« La déprime, le mal du siècle »

Chers membres du gouvernement, si vous m’écoutez (« ALLO! »), sachez que si cette taxe passe, c’est vraiment la porte ouverte à toutes les fenêtres. Et moi qui pensais que Francois Hollande était un président « normal » ami du peuple… (/là on passe carrément à la seconde populiste/)

Et si vous voulez améliorer la santé des gens par chez nous, défiscalisez plutôt les trails des terrils ;) (ou subventionnez-les , ou faites quelque chose quoi!)

D’ailleurs, demain je m’échauffe avec une petite équipe EELV au 10km « Paris Centre » aux côtés de Jacques Boutault (maire écolo du 2ème arrondissement) et de Pascal Durand, notre Secrétaire National. Même qu’on aura des badges marrants et que je vous en fait des T-shirt si vous voulez.

Et comme je vais bien finir par progresser (parce que c’est pas pour me dévaloriser mais j’ai légèrement fini dans les derniers de la course du week-end dernier à Hénin),  je vous donne rendez vous le week-end du 1er décembre au challenge des pommiers, sur un autre terril (un peu moins escarpé!)

Pour vous montrer qu’on pourra nous démoraliser avec des études sur la dangerosité des frites, taxer notre bière ou nous faire rejouer deux fois toutes les élections touchant à Hénin-Beaumont, mais que dans le bassin minier, on ne perdra jamais le nord (ni la frite).

Mots-clés : , , , , , , , , , , , ,

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 972 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :